Pau­lin à Pom­pi­dou : l’hé­ri­tage de Pierre

« Pierre Pau­lin », jus­qu’au 22 août, Centre Pom­pi­dou, place Georges-Pom­pi­dou, Pa­ris-4e « Pierre Pau­lin : Elysée Pa­lace », du 13 mai au 11 juin, ga­le­rie Jousse En­tre­prise, 18, rue de Seine, Pa­ris-6e « Pierre Pau­lin, pre­mière pé­riode : 1952-1959 », jus­qu’au

L'Obs - - Le Sommaire - SÉ­VE­RINE DE SMET

C’est un mois de mai presque en­tiè­re­ment dé­dié au de­si­gner Pierre Pau­lin. Lui qui sou rait d’un manque de re­con­nais­sance fait l’ob­jet d’une vaste ré­tros­pec­tive au Centre Pom­pi­dou, mais aus­si d’ex­po­si­tions dans deux ga­le­ries pa­ri­siennes. L’an der­nier dé­jà, les hom­mages se sont suc­cé­dé pour le créa­teur mort à Mont­pel­lier en 2009, à l’âge de 82 ans : des sé­ries li­mi­tées à la Ga­le­rie Per­ro­tin, son mo­bi­lier au Bon Mar­ché Rive Gauche ou ex­po­sé à Art Ba­sel de Mia­mi… Pierre Pau­lin au­rait ap­pré­cié l’en­goue­ment au­tour de son oeuvre post-mo­der­niste, qui ins­pire les de­si­gners d’au­jourd’hui. Au Centre Pom­pi­dou, grâce au don des trois en­fants Pau­lin, qui s’at­tellent à faire connaître l’oeuvre de leur père, on (re)dé­couvre sa large pa­lette créa­tive, no­tam­ment au­tour de ses fau­teuils em­blé­ma­tiques – « Mush­room » (pho­to), « Rib­bon », « Tongue », « Orange Slice ». A l’avant-garde de la créa­tion dans les an­nées 1950, il a su pro­po­ser des vo­lumes in­no­vants qui prennent en compte le corps hu­main. D’ailleurs, les vi­si­teurs de Pom­pi­dou pour­ront s’ins­tal­ler dans quelques ré­édi­tions pour tes­ter l’art de vivre fa­çon Pau­lin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.