La ba­taille de l’af­faire Baupin

L'Obs - - Les Gens - EM­MA­NUELLE ANIZON

LES JOUR­NA­LISTES SE REBIFFENT « Nous ne sommes pas la gé­né­ra­tion Gi­roud », cla­maient en mai 2015, dans « Li­bé­ra­tion », qua­rante femmes jour­na­listes po­li­tiques, dont vingt-quatre (par­mi les­quelles Na­tha­lie Schuck, du « Pa­ri­sien ») signent de leur nom. Elles ra­content force anec­dotes… ano­nymes. « On ne vou­lait pas ci­bler un homme po­li­tique en par­ti­cu­lier, on vou­lait faire com­prendre qu’on était dans un sys­tème », ex­plique l’une des si­gna­taires. LES MI­LI­TANTES LÈVENT L’OMER­TA 500 mi­li­tantes et élues, par­mi les­quelles Ca­ro­line De Haas, disent « mer­ci » à celles qui « ont eu le cou­rage de bri­ser la loi du si­lence », dans « Li­bé », le 10 mai 2016. Et lancent une pé­ti­tion « Vio­lences sexuelles en po­li­tique : le­vons l’omer­ta ! » sur Change.org. 15 475 si­gna­taires en une se­maine. Certes, on peut faire mieux. LES VIC­TIMES TÉ­MOIGNENT C’est par elles que tout a écla­té. Le 9 mai, des femmes dé­noncent dans Me­dia­part et sur France-In­ter des faits de har­cè­le­ment sexuel. En dé­voi­lant le nom de l’au­teur pré­su­mé, De­nis Baupin, ce qui est as­sez gon­flé. Et à vi­sage dé­cou­vert, ce qui l’est aus­si. San­drine Rous­seau, porte-pa­role d’EELV : « Il m’a ca­lée contre un mur et a cher­ché à m’em­bras­ser de force. » L’AÏEULE SE SOU­VIENT « Mi­nistre des femmes en 1979, j’ai été agres­sée par un sé­na­teur… Honte à moi de mon si­lence ! » Mo­nique Pel­le­tier a été em­bras­sée de force et em­poi­gnée. Elle ne pré­cise pas (en­core ?) par qui. LES EX-MI­NISTRES NE SE “TAIRONT PLUS” Dix-sept mi­nistres, dont Cé­cile Du­flot, Au­ré­lie Fi­lip­pet­ti, Eli­sa­beth Gui­gou et NKM ap­pellent le 15 mai 2016, dans « le JDD », à dé­non­cer « toutes les re­marques sexistes, les gestes dé­pla­cés, les com­por­te­ments in­ap­pro­priés ». Elles de­mandent que les dé­lais de pres­crip­tion en ma­tière d’agres­sion sexuelle soient al­lon­gés, que les as­so­cia­tions puissent por­ter plainte en lieu et place des vic­times et que les par­quets pour­suivent sys­té­ma­ti­que­ment en cas de har­cè­le­ment. LES RÉFRACTAIRES SE LÂCHENT Après l’a aire Baupin, l’ex-se­cré­taire d’Etat Pierre Lel­louche évoque élé­gam­ment des « his­toires de bonnes femmes ». D’autres en pro­fitent : « Quand je te vois, j’ai en­vie de te faire une Baupin », s’en­tend dire Au­rore Ber­gé, élue LR. La palme de la so­li­da­ri­té fé­mi­nine re­vient à Ch­ris­tine Bou­tin : « Honte de ces an­ciennes mi­nistres qui laissent en­tendre que les hommes sont des ob­sé­dés ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.