Il y a 100 ans, les ac­cords Sykes-Pi­cot

Ils ont fa­çon­né le Moyen-Orient. Et condam­né la ré­gion à une guerre cer­taine

L'Obs - - Le Parcours - CÉ­LINE LUSSATO

Les fron­tières éta­blies par les ac­cords Sykes-Pi­cot ont-elles re­pré­sen­té la ma­lé­dic­tion du Moyen-Orient? Com­ment ex­pli­quer l’ob­ses­sion de Daech à leur en­droit et pour­quoi, lors­qu’ils ont tra­ver­sé la fron­tière entre l’Irak et la Sy­rie en juin 2014, les sol­dats de l’Etat is­la­mique ont-ils dé­cla­ré fiè­re­ment vou­loir « ef­fa­cer la fron­tière Sykes-Pi­cot des cartes du Moyen-Orient ? » Cent ans après ces ac­cords, la ré­gion, au­jourd’hui à feu et à sang, paie les consé­quences de tra­cés im­po­sés par des chan­cel­le­ries sou­cieuses à l’époque de pré­ser­ver leurs in­té­rêts. Le par­tage entre Fran­çais et Bri­tan­niques de cette vaste zone qui s’étend de la rive orien­tale de la Mé­di­ter­ra­née à la Perse ne s’est pas fait en une jour­née. Il est le ré­sul­tat de trac­ta­tions se­crètes de 1914 à 1920 dans un contexte de jeux d’al­liances ré­gio­nales et de guerre mon­diale. Le 16 mai 1916, en pleine guerre mon­diale, le Fran­çais Fran­çois Geor­gesPi­cot et le Bri­tan­nique Mark Sykes né­go­cient un ac­cord qui or­ga­nise le dé­man­tè­le­ment fu­tur de l’Em­pire ot­to­man, qui vient d’en­trer en guerre aux cô­tés de l’Al­le­magne, et le par­tage du monde arabe. Les Fran­çais se ré­servent la Sy­rie, le Li­ban et la ré­gion de Mos­soul et les An­glais, le reste de la Mé­so­po­ta­mie et la Trans­jor­da­nie. La pro­messe d’un vaste royaume arabe Pour ob­te­nir le sou­tien des Ha­ché­mites en vue de com­battre les Ot­to­mans, les An­glais en­tament des né­go­cia­tions avec le ché­rif de La Mecque Hus­sein, qui gou­verne la pé­nin­sule Ara­bique, sous do­mi­na­tion ot­to­mane. Pour le convaincre de se sou­le­ver, ils lui pro­mettent, mi-1915, de créer un vaste royaume arabe. Me­nés par son fils Fay­çal, épau­lés par un of­fi­cier bri­tan­nique du nom de Thomas Ed­ward La­wrence – La­wrence d’Ara­bie –, les Arabes at­taquent les troupes turques. Le par­tage du pé­trole Ils ne se doutent pas que, dans leur dos, Fran­çais et Bri­tan­niques mènent d’autres trac­ta­tions sur le sort de cette ré­gion à l’im­por­tance stra­té­gique ac­crue : avec l’avè­ne­ment de la guerre mo­derne, le pé­trole a pris une im­por­tance décisive. Après des mois de né­go­cia­tions, sir Mark Sykes et Fran­çois Georges-Pi­cot fixent les li­mites entre les zones d’ad­mi­nis­tra­tion des deux fu­tures puis­sances man­da­taires – une pre­mière es­quisse de la carte dé­fi­ni­tive. La pro­messe d’un foyer na­tio­nal juif Car les Bri­tan­niques vont faire une autre pro­messe. En 1917, le mi­nistre des Af­faires étran­gères lord Bal­four as­sure à la fé­dé­ra­tion sio­niste qu’un foyer na­tio­nal juif se­ra créé après la guerre en Pa­les­tine. La vente à la dé­coupe se pour­suit sans au­cune consul­ta­tion lo­cale, même si les na­tio­na­lismes s’ex­priment dès la fin de la guerre, en 1918. La création d’une Grande Sy­rie La confé­rence de San Re­mo de 1920 vient ain­si par­ache­ver les ac­cords Sykes-Pi­cot et la tra­hi­son de la pa­role don­née au ché­rif Hus­sein : les Fran­çais créent une Grande Sy­rie de la­quelle ils am­putent un pe­tit ter­ri­toire at­tri­bué aux chré­tiens de la ré­gion, le Li­ban. Et peu im­porte que pour la via­bi­li­té de ce­lui-ci, les plaines à ma­jo­ri­té mu­sul­mane y soient in­cluses. Irak, Trans­jor­da­nie et Etat kurde… éphé­mère Quant aux Bri­tan­niques, ils oc­troient en lots de conso­la­tion aux fils de Hus­sein les Etats qu’ils créent au sud et à l’est. A Fay­çal, l’Irak, conçu grâce à l’agré­ga­tion de pro­vinces chiite, sun­nite et kurde. A Ab­dal­lah, la Trans­jor­da­nie. Les Kurdes qui ob­tiennent un Etat avec le trai­té de Sèvres en 1920 s’en voient ra­pi­de­ment pri­vés par le sur­saut na­tio­na­liste turc me­né par un jeune of­fi­cier, Mus­ta­fa Ke­mal. La Pa­les­tine, elle, reste mor­ce­lée entre les puis­sances fran­çaise et an­glaise. La ré­gion est dé­jà prête pour une pro­chaine im­plo­sion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.