La Ma­ta Ha­ri russe

Aven­tu­rière, es­pionne, muse de Gor­ki et de Wells, Ma­ria Za­krevs­kaïa a eu au­tant de noms que de vies. Alexan­dra La­pierre la ra­conte MOURA, LA MÉ­MOIRE IN­CEN­DIÉE, PAR ALEXAN­DRA LA­PIERRE, FLAM­MA­RION, 732 P., 22,90 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - CLAIRE JULLIARD

Lors­qu’il ren­con­tra Moura chez Gor­ki, dont elle était l’in­ten­dante et la muse, HG Wells fut frap­pé par sa beauté et sa classe : « Elle don­nait l’im­pres­sion de dé­fier le monde, écrit-il. Non seule­ment de l’a ron­ter mais de le di­ri­ger. » La jeune femme de 27 ans lui sert de guide dans la Rus­sie bol­che­vique. Comme tant d’autres avant lui, Wells est sé­duit. Elle aime son hu­mour Bri­tish qui lui rap­pelle son ex-amant, l’agent se­cret an­glais Lock­hart. Une idylle naît entre l’écri­vain de 53 ans et la mys­té­rieuse Moura. Lors­qu’elle le re­joint en Grande-Bre­tagne neuf ans plus tard, elle a la même fan­tai­sie, la même li­ber­té. In­car­na­tion de l’âme slave, égérie trouble et trou­blante, Ma­ria Za­krevs­kaïa, aris­to­crate d’ori­gine russe, a vé­cu des vies pa­ral­lèles et chan­gé maintes fois de nom. Aven­tu­rière, hé­taïre, celle qu’on di­sait es­pionne de­meu­ra in­sai­sis­sable pour ses ado­ra­teurs. Alexan­dra La­pierre, qui s’est fait une spé­cia­li­té de re­mettre en lu­mière des des­tins ou­bliés, a écu­mé les bi­blio­thèques du monde en­tier pen­dant trois ans pour ten­ter de cer­ner sa na­ture com­plexe. Elle en livre un por­trait pas­sion­nant, la forme ro­ma­nesque lui pa­rais­sant la plus juste pour res­sus­ci­ter la Ma­ta Ha­ri slave. Ses amis louaient sa fi­dé­li­té, ses dé­trac­teurs dé­non­çaient ses men­songes : Moura fut tout ce­la à la fois, bat­tante aux prises avec un monde dé­chi­ré. L’au­teur trace le por­trait d’une femme hors du com­mun sans en gom­mer les as­pé­ri­tés et les ombres. A tra­vers son par­cours mou­ve­men­té, elle sou­ligne com­bien il fut di cile de sur­vivre sans com­pro­mis dans la Rus­sie de l’époque. Le par­cours de Gor­ki en té­moigne. L’im­pé­ni­tente Moura ne le désa­voue­ra ja­mais, elle qui a tou­jours brouillé les pistes. Son cou­rage reste in­dé­niable. Pen­dant la Se­conde Guerre, elle a ronte le blitz à Londres et se­conde le Fran­çais An­dré La­barthe, fon­da­teur du journal « la France libre ». La ré­pu­ta­tion d’agent so­vié­tique de son pa­tron ac­cré­dite sa propre ré­pu­ta­tion d’es­pionne. A force d’élu­der cer­taines ques­tions, de ne li­vrer d’elle-même qu’un trompe-l’oeil, elle fi­nit par se perdre de vue, fuyante et mul­tiple comme les grandes hé­roïnes. On tombe sous le charme de cet in­croyable ro­man russe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.