STÉ­PHA­NIE PÉ­RÈLE

La pe­tite-fille de Si­mone Pé­rèle gère, de­puis 2015, créa­tion et mar­ke­ting au sein de l’en­seigne de lin­ge­rie, qui se tourne de­puis quelques mois vers une douce mo­der­ni­té

L'Obs - - Critiques - — par SÉ­VE­RINE DE SMET

QUI EST ELLE ?

Une hé­ri­tière, une pe­tite-fille de. Sté­pha­nie Pé­rèle in­carne en réa­li­té bien plus que ce­la. Mo­derne, hy­per­ac­tive, elle re­pré­sente la gé­né­ra­tion 3.0 de la dy­nas­tie Pé­rèle. « Ma grand-mère, Si­mone Pé­rèle, a lan­cé son ate­lier de cor­se­te­rie à Pa­ris en 1948. Sa fille et mon père ont tra­vaillé en­suite dans l’en­tre­prise fa­mi­liale. On en par­lait tout le temps! Et, au­jourd’hui, le pas­sage de flam­beau s’est dé­rou­lé très se­rei­ne­ment. La marque vit tou­jours, nous res­tons très re­gar­dants sur la patte Pé­rèle. » Un savoir-faire qui a ac­com­pa­gné plu­sieurs gé­né­ra­tions de femmes et leur éman­ci­pa­tion, une clien­tèle fi­dèle et, sur­tout, une fa­mille très pré­sente : fin 2015, Ma­thieu Grod­ner, 35 ans, pe­tit-fils de Si­mone Pé­rèle, a pris la di­rec­tion gé­né­rale de la mai­son de lin­ge­rie haut de gamme et sa cou­sine Sté­pha­nie, 35 ans elle aus­si, a été nom­mée di­rec­trice du pôle pro­duits, qui cha­peaute créa­tion et mar­ke­ting.

D’OÙ VIENT ELLE ?

Pas­sée par une école de com­merce à Pa­ris, puis par l’Ins­ti­tut fran­çais de la Mode, Sté­pha­nie Pé­rèle n’a pas tout de suite re­joint l’en­tre­prise de ses pa­rents. « J’ai sou­hai­té construire mon propre par­cours : j’ai dé­cou­vert pen­dant cinq ans l’uni­vers de la joaille­rie chez Bou­che­ron, puis j’ai tra­vaillé pour Yves Saint Laurent pen­dant un an dans le prêt-à-por­ter. » Une fa­çon pour elle de « se ro­der ». En 2009, l’en­vie de par­ti­ci­per à la sa­ga Pé­rèle se fait plus forte et elle in­tègre la marque du groupe Im­pli­cite, pour la­quelle elle ap­prend les ru­di­ments du mé­tier, les tech­niques de cor­se­te­rie, le mo­dé­lisme… « On pousse au­jourd’hui vers un cô­té très mode avec, no­tam­ment, une col­lec­tion de maillots de bain de­puis trois ans. Il s’agit d’un re­nou­veau pour la marque. »

QUE FAIT ELLE ?

Les cou­sins de la nou­velle gé­né­ra­tion Pé­rèle in­su ent dé­sor­mais un nou­vel élan à la marque. « Il y a un dé­ca­lage entre l’image et la réa­li­té de Si­mone Pé­rèle », re­con­naît Sté­pha­nie Pé­rèle, qui sou­haite tou­cher aus­si une clien­tèle plus jeune, plus connec­tée. Un plan in­ti­tu­lé CAP 2019 a dé­mar­ré en juin 2015 avec de vastes am­bi­tions : des tech­niques de fa­bri­ca­tion de pointe, de nou­veaux ma­ga­sins, une ou­ver­ture à l’international, un site d’e-com­merce… « Nous sommes ven­dus dans beau­coup de mul­ti­marques mais nous avons en­vie de dé­ve­lop­per nos propres points de vente », ex­plique la tren­te­naire. Signe de mo­der­ni­té, une bou­tique Si­mone Pé­rèle vient d’ou­vrir dans le Ma­rais pour ci­bler les 20-30 ans. Sur­tout, les col­lec­tions montrent plus de cou­leurs, des mo­dèles qui collent aux ten­dances, le tout avec un savoir-faire qui n’a pas chan­gé de­puis 1948. Une nou­velle femme Pé­rèle bien dans son époque, à l’image de sa pe­tite-fille.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.