LE GRAND BLEU

Avec l’été qui s’an­nonce, les hor­lo­gers mettent en avant leurs montres de plon­gée. Au­tant de mo­dèles élé­gants à por­ter sous l’eau pour al­ler tu­toyer les si­rènes

L'Obs - - Tendances - — par HER­VÉ BORNE

Ro­lex est le père de la montre de plon­gée. C’est en e et la marque à la cou­ronne qui a créé, en 1926, la pre­mière montre étanche à l’eau et à la pous­sière de l’his­toire de l’hor­lo­ge­rie mo­derne. Un garde-temps « fer­mé comme une huître », bap­ti­sé « Oys­ter », qui ins­pire, en­core au­jourd’hui, les Ro­lex du mo­ment dont la célèbre « Sub­ma­ri­ner ». Ar­ché­type de la montre de plon­gée, avec son ca­dran noir à in­dex et ai­guilles d’un blanc lu­mi­nes­cent, vi­sibles même en eau pro­fonde. Lan­cée en 1953 dans une ver­sion étanche jus­qu’à une pro­fon­deur de 100 mètres, elle a su évo­luer au fil du temps. Elle est au­jourd’hui étanche à 300 mètres, tou­jours en acier, et pré­sente une lu­nette tour­nante en cé­ra­mique gra­duée de 0 à 60 mi­nutes, in­dis­pen­sable pour les cal­culs des temps de plon­gée et des pa­liers de dé­com­pres­sion. Sans ou­blier un bra­ce­let avec fer­moir de sé­cu­ri­té et sys­tème de ral­longe afin de pou­voir la por­ter par-des­sus sa com­bi­nai­son.

« Sub­ma­ri­ner » en acier, Ø 40 mm, mou­ve­ment au­to­ma­tique, étanche à 300 mètres, 6 850 €, Ro­lex.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.