Bras de fer entre EDF et Ge­ne­ral Elec­tric

L'Obs - - Le Téléphone Rouge - CAROLINE MI­CHEL

Quand Ge­ne­ral Elec­tric a ra­che­té Al­stom, en no­vembre der­nier, le gou­ver­ne­ment fran­çais s’était as­su­ré, di­sai­til, que la sou­ve­rai­ne­té nu­cléaire se­rait pré­ser­vée. Las ! De­puis quelques mois, Ge­ne­ral Elec­tric a en­ga­gé un bras de fer avec EDF pour mo­di­fier le contrat d’entretien des 58 tur­bines Ara­belle d’Al­stom qui font tour­ner nos cen­trales ato­miques. Le groupe amé­ri­cain vou­drait ré­duire sa res­pon­sa­bi­li­té fi­nan­cière en cas d’in­ci­dent. Pour tordre le bras à EDF, Ge­ne­ral Elec­tric est al­lé jus­qu’à sus­pendre, pen­dant quelques jours de fé­vrier, le tra­vail de ses équipes dans les cen­trales fran­çaises. Enorme co­lère de Jean-Ber­nard Lé­vy (pho­to, à gauche), le pa­tron d’EDF, qui a en­voyé une lettre fu­ri­barde au pa­tron de Ge­ne­ral Elec­tric, Jef­frey Im­melt (pho­to, à droite), qu’il connaît per­son­nel­le­ment. « EDF a été for­cé de mettre en oeuvre des me­sures d’ur­gence dé­pas­sant notre plan de se­cours (ha­bi­tuel). Cette at­ti­tude, ve­nant d’un par­te­naire his­to­rique, est in­ac­cep­table », s’est étran­glé Lé­vy. Cette « grève de la main­te­nance » au­rait été sans consé­quence sur la sé­cu­ri­té des cen­trales, d’après un ex­pert que nous avons in­ter­ro­gé… Mais la di­rec­tion de Ge­ne­ral Elec­tric a don­né à EDF jus­qu’au 15 juin pour ac­cep­ter ses condi­tions. En ré­ponse, l’élec­tri­cien vient de sus­pendre toutes les re­la­tions com­mer­ciales avec Ge­ne­ral Elec­tric jus­qu’à nou­vel ordre…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.