Aux ra­cines de Ra­cine

LA VOIX DE MA MÈRE, PAR BRU­NO RA­CINE, GALLIMARD, 130 P., 12,50 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - DI­DIER JACOB

Pour avoir été long­temps président de la BnF, Bru­no Ra­cine n’a ja­mais ces­sé d’être écri­vain. Il pu­blie un court ré­cit, ten­ta­tive de re­cons­ti­tu­tion d’un puzzle in­time dont sa mère, dé­cé­dée il y a vingt-cinq ans, est la fi­gure cen­trale. Les yeux de cette belle Amé­ri­caine, qui avait ap­pris à ai­mer le fran­çais en li­sant « les Trois Mous­que­taires », étaien­tils bien constel­lés de paillettes d’or? Et sa voix, quel grain avait-elle? Bru­no Ra­cine part à la re­cherche des sou­ve­nirs dis­pa­rus, évoque la cap­ti­vi­té de son père pen­dant la guerre, et com­ment sa mère ache­ta, pour son re­tour en 1945, une bras­sée de fleurs dans une échoppe à Mar­seille – n’ima­gi­nant pas qu’après toutes ces an­nées d’em­pri­son­ne­ment le cap­tif ne trou­vât pas chez lui un peu de ce prin­temps qui lui avait tant man­qué. Si la mé­moire ne fait pas dé­faut à Bru­no Ra­cine, c’est qu’elle se double d’une dé­am­bu­la­tion lit­té­raire. Sans crier gare, il en ap­pelle à Sten­dhal et à « la Char­treuse de Parme ». Voi­ci qu’il évoque Ro­main Ga­ry, Ro­land Barthes, Albert Co­hen. N’est-il pas tou­chant qu’après avoir eu tant de livres sous sa pro­tec­tion Bru­no Ra­cine en ait ima­gi­né un qui les contienne tous?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.