LE MIEL SOIT LOUÉ !

Des toits des grands hô­tels aux bou­tiques mo­no­pro­duit, le pré­cieux nec­tar est par­tout. Il est d’au­tant plus pré­cieux qu’en 2016 on le dé­guste comme un grand cru

L'Obs - - Tendances - — par ANNE SO­PHIE HOJLO

Ou­bliez le miel toutes fleurs, ba­nal et ano­nyme, dont vous re­cou­vriez dis­trai­te­ment vos tar­tines au pe­tit dé­jeu­ner. La ver­sion 2016 change de stan­ding. Le der­nier sno­bisme en date, c’est le miel d’ex­cep­tion. De pré­fé­rence mo­no­flo­ral, il rem­plit toutes les at­tentes du mo­ment. Le pré­cieux nec­tar est sain (do­té d’un in­dice gly­cé­mique plus faible que le sucre, il est éga­le­ment riche en vi­ta­mines, mi­né­raux et an­ti­oxy­dants), gour­mand, sour­cé (le nom de l’api­cul­teur ré­col­tant fi­gure sur nombre de pots) et lo­cal, voire hy­per­lo­cal : rien de plus chic, pour un grand hô­tel pa­ri­sien, que d’avoir sa propre ruche, à l’ins­tar du Mar­riott Champs-Ely­sées, qui pro­duit son miel de­puis l’an­née der­nière, après l’Hô­tel Scribe et le Man­da­rin Orien­tal.

Sur­tout, le miel se dé­guste dé­sor­mais comme… du vin. « Notes de fruits rouges », « robe de cou­leur fon­cée », « longue per­sis­tance en bouche » : chez Hé­dène, on dé­crit le miel de fram­boi­sier des Ar­dennes ou le miel de sa­pin du Ju­ra comme on le fe­rait d’un po­me­rol ou d’un chas­sagne-mon­tra­chet. Chez Miel et Miels, on parle de « miels de crus », par­mi les­quels fi­gure un miel d’aca­cia des vi­gnobles du Pouilly. Chez Hon­ly, qui se pré­sente comme « ca­viste de miels » et pro­pose des co rets thé­ma­tiques li­vrables à do­mi­cile, Ma­rie Ne­veux, « ho­ney­logue », or­ga­nise des ate­liers pour ap­prendre à dis­tin­guer miel de bour­daine bio de la val­lée de la Vé­zère et miel de rho­do­den­dron du Do­ne­zan. Le tout à dé­gus­ter ra­pi­de­ment car, con­trai­re­ment au vin, le miel ne se bo­ni­fie pas en vieillis­sant.

Alexandre Stern, qui a ou­vert une bou­tique à son nom à la ren­trée der­nière (15, rue Vi­gnon, Pa­ris-8e), s’ins­pire quant à lui plu­tôt de l’uni­vers du par­fum. Con­trai­re­ment à ses concur­rents qui pri­vi­lé­gient les miels mo­no­fleurs, ce « créa­teur de miels » réa­lise des as­sem­blages à la ma­nière d’un nez éla­bo­rant une fra­grance : son Miel des Mer­veilles mé­lange ain­si miel de sa­pin, d’oran­ger, de sar­ra­sin, d’avo­ca­tier et de lit­chi, pro­duits en France, mais aus­si en Es­pagne, au Mexique et en Thaï­lande.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.