Bau­pin mise sur ses SMS

L'Obs - - Le Téléphone Rouge - MA­THIEU DELAHOUSSE ET MAËL THIER­RY

L’in­ter­view ex­clu­sive du dé­pu­té de Pa­ris dans « l’Obs » de la se­maine der­nière a dé­jà pro­vo­qué un pre­mier re­bon­dis­se­ment dans l’en­quête ou­verte par le pro­cu­reur, après les ré­vé­la­tions de France-In­ter et de Me­dia­part. A sa lec­ture, San­drine Rous­seau, Elen De­bost et Isa­belle At­tard ont dé­ci­dé de por­ter plainte for­mel­le­ment, ce qu’elles n’avaient pas fait lors de leur pre­mière au­di­tion de­vant la bri­gade de ré­pres­sion de la dé­lin­quance contre la per­sonne, la se­maine pré­cé­dente. De­vant les po­li­ciers, deux de ces femmes (De­bost et At­tard) ont évo­qué les mes­sages « sa­laces » en­voyés par De­nis Bau­pin (pho­to), mais sans les pro­duire. Le dé­pu­té de Pa­ris en­tend, quant à lui, ap­por­ter aux en­quê­teurs l’in­té­gra­li­té des échanges par SMS qu’il a pu re­trou­ver dans son té­lé­phone. Se­lon lui, « ils montrent une tout autre his­toire » de ses re­la­tions avec ces élues. L’au­di­tion de De­nis Bau­pin au­ra bel et bien lieu, mais elle n’est pas pro­gram­mée et ne se­rait pas at­ten­due avant plu­sieurs se­maines. Les en­quê­teurs s’at­tachent pour le mo­ment à convo­quer les éven­tuels té­moins di­rects des scènes de har­cè­le­ment ou d’agres­sion dé­crites par les plai­gnantes. De source proche de l’en­quête, on in­dique qu’Em­ma­nuelle Cosse (pho­to), ac­tuelle mi­nistre du Lo­ge­ment, de­vrait être en­ten­due par les po­li­ciers, da­van­tage comme an­cienne se­cré­taire na­tio­nale d’EELV que comme épouse du dé­pu­té ac­cu­sé. Ses fonc­tions gou­ver­ne­men­tales ne sont en rien un obs­tacle à son au­di­tion comme simple té­moin. Elle-même, de­puis le dé­but du scan­dale, s’en re­met à la jus­tice, es­ti­mant que c’est à elle d’exa­mi­ner des « faits d’une telle gra­vi­té ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.