La fo­lie An­ge­la

EM­PIRE : UN FA­BU­LEUX VOYAGE CHEZ LES RO­MAINS AVEC UN SESTERCE EN POCHE, PAR AL­BER­TO AN­GE­LA, TRA­DUIT DE L’ITA­LIEN PAR NA­THA­LIE BOUYSSÈS, PAYOT, 460 P., 24 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - LAURENT LEMIRE

Vous pen­siez qu’avec un sesterce (en­vi­ron 2 eu­ros) on n’avait plus rien ? Al­ber­to An­ge­la dé­montre le contraire. Cet his­to­rien ita­lien en a même fait la pièce maî­tresse d’un franc suc­cès dans son pays. Son « Em­pire » (ven­du à 200 000 exem­plaires) confirme une car­rière flo­ris­sante en li­brai­rie, avec des tra­duc­tions en an­glais, en al­le­mand et au­jourd’hui en fran­çais. Il faut dire que l’idée est as­tu­cieuse : ra­con­ter le siècle de Tra­jan, c’est-à-dire l’Em­pire ro­main à l’époque de son ex­pan­sion maxi­male, à tra­vers les dif­fé­rents pro­prié­taires de ce fa­meux sou an­tique. En pas­sant de main en main du­rant trois ans, il nous fait voya­ger au dé­but du iie siècle de Lon­di­nium (Londres) à Car­thage en pas­sant par Lu­tèce et en pous­sant jus­qu’à la Mé­so­po­ta­mie. Grâce à cet ar­ti­fice ro­ma­nesque, Al­ber­to An­ge­la dé­crit l’ha­bi­tat, rap­porte les modes de vie et ra­conte les com­por­te­ments d’un chi­rur­gien, d’un es­clave, d’un ser­vi­teur, d’une pros­ti­tuée, d’une chan­teuse, d’un vi­ti­cul­teur ou d’un mar­chand de ga­rum, ce condi­ment à base de pois­son et de sel dont raf­fo­laient les Ro­mains.

Après « Une jour­née dans la Rome an­tique » (2007), l’ou­vrage a connu une belle pros­pé­ri­té. On com­prend ai­sé­ment pour­quoi. Al­ber­to An­ge­la a trou­vé le bon angle pour mé­na­ger des re­bon­dis­se­ments dans son ré­cit tout en dis­til­lant de la connais­sance his­to­rique. Né en 1962 à Pa­ris, où son père di­ri­geait le bureau de la RAI, il a fait de sé­rieuses études scien­ti­fiques en pa­léon­to­lo­gie avant de de­ve­nir ani­ma­teur d’émis­sions cultu­relles à la té­lé­vi­sion ita­lienne. Avec beau­coup d’ha­bi­le­té, ce­lui que l’on qua­li­fie un peu vite de Sté­phane Bern trans­al­pin vient de vendre son documentaire sur la ga­le­rie des Of­fices de Flo­rence à Arte. Et son der­nier livre sur « les Trois Jours de Pom­péi » (2014) se main­tient tou­jours en tête des ventes en Ita­lie. Il a d’ailleurs dé­ci­dé de cé­der une par­tie de ses droits d’au­teur pour la conser­va­tion du site. Pas de doute, l’An­ti­qui­té est une mine pour cet al­chi­miste qui a réus­si à trans­for­mer un vul­gaire sesterce en de­nier culte.

Un re­pas ri­tuel dans un temple de Mi­thra près du mur d’Ha­drien en 250, aqua­relle de 1991.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.