Sen­ti­nelles de la li­ber­té

PESH­MER­GA, PAR BER­NARD-HENRI LÉ­VY. DOCUMENTAIRE FRAN­ÇAIS (1H32).

L'Obs - - Critiques - JÉ­RÔME GARCIN

Dans un dé­sert qu’on di­rait post-apo­ca­lyp­tique, ils se battent contre l’en­ne­mi pu­blic nu­mé­ro un du monde en­tier, Daech, avec des armes qui ne sont pas à la me­sure de l’e royable et sou­vent in­vi­sible puis­sance ad­verse. Par­fois, sa­brant le ciel bleu azur, l’avia­tion de la coa­li­tion leur vient en aide, mais au sol ils sont seuls, et d’être seuls les rend en­core plus dé­ter­mi­nés. Ce sont les pesh­mer­gas, ceux qui, lit­té­ra­le­ment, a rontent la mort, qui la narguent et la toisent. On sa­vait la vaillance et l’idéal de ces com­bat­tants kurdes, on ne connais­sait pas leurs vi­sages. Dé­sor­mais, on ne les ou­blie­ra plus. Vi­sages d’hommes qui semblent n’avoir peur de rien, du simple sol­dat fai­sant le guet au gé­né­ral sans casque, bien­tôt frap­pé d’une balle en pleine tête. Vi­sages de femmes en bé­ret rouge, im­pa­tientes d’en dé­coudre et sur­tout d’a ron­ter un ad­ver­saire ter­ro­ri­sé à la pers­pec­tive d’être tué par une sol­date, donc em­pê­ché, croit-il, d’al­ler au pa­ra­dis. Vi­sages calmes de guer­riers lé­gen­daires, aux uni­formes sans ga­lons ni mé­dailles.

Ces ré­sis­tants à l’obs­cu­ran­tisme font par­tie de l’ar­mée du Kur­dis­tan ira­kien, dont on suit, de juillet à dé­cembre 2015, la pro­gres­sion sur les 1 000 ki­lo­mètres de la ligne de front qui sé­pare leur pays de l’Etat is­la­mique et re­monte jus­qu’au nord-est de la Sy­rie. On les voit dans leurs for­tins de for­tune, dans leurs mo­destes salles de com­man­de­ment, dans leurs pe­tits hô­pi­taux de cam­pagne. On les voit se battre sans ai­mer la guerre et ga­gner des ba­tailles sans for­fan­te­rie. On les voit zig­za­guer sur les ter­rains mi­nés. On les voit ac­cor­der leur pro­tec­tion aux chré­tiens comme aux yé­zi­dis. On les voit contour­ner, en hau­teur, la ville de Mos­soul, qui est à leur por­tée, mais qu’ils n’ont pas les moyens mi­li­taires de re­prendre aux dji­ha­distes. On les voit lut­ter à la fois contre Daech et pour un Kur­dis­tan uni­fié, qui ras­sem­ble­rait, dans un is­lam des Lu­mières rê­vé, leurs frères d’Iran, de Sy­rie et de Tur­quie. On les voit, parce que Ber­nard-Henri Lé­vy a choi­si de nous les mon­trer. Avec une équipe lé­gère (dont un jeune ca­dreur, Ala Tayyeb, gra­ve­ment bles­sé après que, sous nos yeux, sa voi­ture a sau­té sur une mine) et avec un drone d’ob­ser­va­tion qui sur­vole et filme les ruines du ter­ri­toire en­ne­mi, il a ac­com­pa­gné ces pesh­mer­gas pour rap­pe­ler aux ou­blieux, aux in­grats ou aux in­di érents qu’ils sont aux avant-postes de la guerre pla­né­taire me­née contre le ter­ro­risme. Des pesh­mer­gas qui ont eu rai­son de faire confiance à ce­lui qui, cette fois sans se pré­fé­rer, les a fil­més avec loyau­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.