OU­RA­GAN PAR CYRIL BAR­BAN­ÇON, ANDY BYATT, JACQUELINE FAR­MER

L'Obs - - Critiques - NI­CO­LAS SCHALLER

Documentaire fran­co-belge (1h23).

Qui a en­vie de voir un documentaire sur un ou­ra­gan au­quel Ro­mane Boh­rin­ger prête sa voix? Dé­trom­pez-vous, voi­là un film re­mar­quable, à la fois ins­truc­tif et poé­tique. On y suit l’ou­ra­gan Lu­cy, qui, en l’es­pace d’un mois, par­cou­rut 15000 ki­lo­mètres de la côte afri­caine à la Loui­siane, pour le bon­heur de quelques-uns et le mal­heur de beau­coup d’autres. C’est une des qua­li­tés d’« Ou­ra­gan » que d’en­vi­sa­ger ce phé­no­mène mé­téo­ro­lo­gique à toutes les échelles et se­lon dif­fé­rents points de vue, des mé­téo­ro­logues, sui­vant sa course à l’aide des don­nées sa­tel­lites, aux au­toch­tones des pays qu’il tra­verse : les Amé­ri­cains re­doutent sa puis­sance dé­vas­ta­trice, les pay­sans afri­cains l’ac­cueillent telle la Pro­vi­dence, por­teuse d’eau pour leurs terres as­sé­chées… Cette ap­proche hu­maine est contre­ba­lan­cée par des pas­sages contem­pla­tifs, ma­li­ckiens, où les plans de na­ture somp­tueux, cer­tains fil­més en plein coeur de la tem­pête (comment ont-ils fait?), sont bai­gnés tan­tôt par la seule sym­pho­nie, as­sour­dis­sante, des vents, tan­tôt par la mu­sique de Yann Tier­sen et la prose de Ro­mane Boh­rin­ger, ins­pi­rée de « la Mer et le Vent », de Vic­tor Hugo. Entre ly­risme et prag­ma­tisme, « Ou­ra­gan » trouve une voix sin­gu­lière bien qu’un chouia ré­pé­ti­tive sur une heure vingt-trois. Un con­seil : évi­tez la 3D, qui, au lieu de don­ner de l’am­pleur à l’image, a sur­tout pour ef­fet de mi­nia­tu­ri­ser les élé­ments qui la com­posent.

Saint-Louis au Sé­né­gal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.