Snei­j­der s’en­nuie, nous aus­si

LA NOU­VELLE VIE DE PAUL SNEI­J­DER, PAR THO­MAS VINCENT. CO­MÉ­DIE DRA­MA­TIQUE CA­NA­DIENNE, AVEC THIER­RY LHER­MITTE, GÉRALDINE PAILHAS (1H54).

L'Obs - - Critiques - F. F.

Le gars a eu un ac­ci­dent en as­cen­seur, et il boîte. Sa vie à Mon­tréal ne l’in­té­resse plus. Du coup, sa femme le co­cu­fie, ses gosses l’agacent, sa fille est morte, son avo­cat le déses­père, sa mai­son le dé­goûte, son mé­tier le plombe et il n’a même plus d’ap­pé­tit. Dur ! De cadre sup, Snei­j­der de­vient pro­me­neur de chiens, et re­dé­couvre les vraies va­leurs de la vie… Le ro­man de Jean-Paul Du­bois est, dit-on, for­mi­dable. Comment un bon livre est-il de­ve­nu ce film mé­diocre? L’image est constam­ment laide, le dé­cor (ban­lieue de Mon­tréal?) est in­si­gni­fiant, les chiens sont certes mar­rants, mais voir ce Snei­j­der qui s’en­nuie pen­dant deux heures pro­voque… l’en­nui. Tho­mas Vincent (réa­li­sa­teur des « Bor­gia » et de « Ver­sailles » à la té­lé) filme la dé­prime du per­son­nage ( joué par Thier­ry Lher­mitte, pho­to) avec in­té­rêt, mais ne réus­sit guère à faire par­ta­ger cet in­té­rêt. A la fin, Paul Snei­j­der se ré­veille, au som­met d’une tour, face au so­leil. Pas nous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.