FOLLES DE JOIE PAR PAO­LO VIR­ZI

L'Obs - - Critiques - P. M.

Co­mé­die dra­ma­tique ita­lienne, avec Va­le­ria Bru­ni Te­des­chi, Mi­cae­la Ra­maz­zot­ti, Va­len­ti­na Car­ne­lut­ti (1h56).

Béa­trice (Va­le­ria Bru­ni Te­des­chi) a beau se com­por­ter comme si elle était la pro­prié­taire de la Villa Bion­di, elle n’en est pas moins une des pen­sion­naires de cette cli­nique psy­chia­trique. Elle dis­tri­bue ses ordres et re­com­man­da­tions, se fait pas­ser pour un mé­de­cin au­près de Do­na­tel­la (Mi­cae­la Ra­maz­zot­ti), une nou­velle ve­nue dont elle fait sa com­pagne de chambre et sa com­plice obli­gée. En­semble, les deux jeunes femmes vont se faire la belle, le temps de s’em­pa­rer d’une voi­ture, de dî­ner somp­tueu­se­ment sans payer et de re­trou­ver pour un mo­ment le ri­chis­sime ma­ri de Béa­trice et em­ployeur de Do­na­tel­la. L’es­ca­pade des deux jeunes femmes est sym­pa­thique. Elle est aus­si sans sur­prise, à l’image de l’in­ter­pré­ta­tion des deux ac­trices, ir­ré­pro­chable mais aus­si très at­ten­due. Pao­lo Vir­zi di­rige l’en­semble d’une main sûre, mais le film se si­tue en re­trait de son pré­cé­dent, « les Op­por­tu­nistes », avec dé­jà Va­le­ria Bru­ni Te­des­chi, moins im­mé­dia­te­ment sé­dui­sant, mais in­fi­ni­ment plus riche et com­plexe. « Folles de joie » a été pré­sen­té avec suc­cès à Cannes, dans la Quin­zaine des Réa­li­sa­teurs.

Mi­cae­la Ra­maz­zot­ti et Va­le­ria Bru­ni Te­des­chi dans « Folles de joie ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.