Un amour de ros­bif

TREASURE HOUSE, PAR CAT’S EYES (KOBALT).

L'Obs - - Critiques - FA­BRICE PLISKIN VIR­GI­NIE CRESCI

En ces temps de Brexit, faut-il faire un gros hug, par­don, une euro-ac­co­lade aux deux Lon­do­niens de Cat’s Eyes pour les re­te­nir au sein de l’UE, se­lon la mode « Hu­ga­brit » ? Avec ses cordes en­re­gis­trées à Ab­bey Road, ses choeurs fé­mi­nins de Ma­gni­fi­cat ou ses orgues à la Pro­col Ha­rum, le deuxième al­bum du duo est ré­so­lu­ment ci­né­ma­to­gra­phique. Fa­ris Bad­wan (le chan­teur de The Hor­rors) et Ra­chel Ze ra chantent ici al­ter­na­ti­ve­ment – le pre­mier d’une voix ca­ver­neuse et mo­no­corde, la se­conde d’une voix ai­guë, in­si­nuante et mé­ta­mor­phique. Dans la vi­déo du mor­ceau « Drag », ils miment une scène de vio­lence conju­gale à coups de tire-bou­chon, ros­bif et dé­ter­gent. Ma­dame a le der­nier mot et, dans la cui­sine, les plaies et bles­sures contrastent avec la chan­son, ex­quise et vaillante ri­tour­nelle pop pour pia­no, flûte et ré­ver­bé­ra­tion, dans la li­gnée des Shan­gri-Las (19631968). L’autre ra­vis­se­ment du disque s’in­ti­tule « Girl in the Room », dont les vio­lons et les gui­tares twan­gy lorgnent du cô­té de John Bar­ry. Même si les autres mé­lo­dies ne sont pas à la hau­teur de ces deux titres, « Treasure House » mé­rite le hug. ROCK

Le groupe lon­do­nien Cat’s Eyes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.