L’ÎLE DE LA TEN­TA­TION

Ibi­za sans Pa­cha ni Guet­ta, c’est pos­sible. Voi­ci quelques adresses pour ap­pré­cier la star des Ba­léares sans (trop) su­bir l’“ho­mo tou­ris­ti­cus” —

L'Obs - - Tendances - Par DORANE VIGNANDO

On hé­si­tait à faire le pa­pier : trop connue, trop vue, trop cou­rue. Plus qu’une des­ti­na­tion, Ibi­za est de­ve­nue une marque, un nom à double face, en­fer ou pa­ra­dis, c’est se­lon. Et puis, un week-end de juin, nous y sommes re­tour­nés. Les ruelles d’Ei­vis­sa n’étaient pas en­core sa­tu­rées, les club­beurs pas en­core ar­ri­vés et les plages, elles, étaient im­ma­cu­lées. La ma­gie a opé­ré. Ibi­za est une île su­perbe. Il faut juste sa­voir où et quand y sé­jour­ner.

MA CAN­TINE BALNÉO CHIC

L’an­cienne Can­tine du Fau­bourg, à Pa­ris, c’est eux. Tout comme Eu­gène Eu­gène, à Pu­teaux, Le Grand Ca­fé de la Poste, à Mar­ra­kech, ou la (nou­velle) Can­tine du Fau­bourg, à Du­baï. Hé­lé­na Pa­ra­bo­schi et Pierre Pi­ra­jean ont le nez creux. Créa­teurs de lieux et de res­tos qui fleurent bon l’art de vivre, la belle clien­tèle people et un par­ti pris gas­tro­no­mique de bonne fac­ture, ils viennent d’ins­tal­ler leur nou­velle table, bap­ti­sée 105 by La Can­tine, sur le port d’Ei­vis­sa. L’en­droit est stra­té­gique : fait pour voir et être vu face au quai des mé­ga yachts. Mais pas d’en­tour­loupe. Le me­nu tient la route (et les cocktails aus­si), pro­po­sant do­rade, poulpe grillé, gam­bas à la co­riandre et, comme des­sert, une « Ice Cream 105 » plu­tôt spec­ta­cu­laire. Car­rer Ci­pria­no Ga­ri­jo n° 2, Tél. : (+34)971-098-897, www.105by­la­can­tine.com

MON CONCEPT STORE À LA CAM­PAGNE

Les (fausses) vaches bleues sont un si­gnal : voi­là Sluiz, l’en­tre­pôt à se­rial-shop­peuses le plus ex­cen­trique de l’île. Des cous­sins, de la vais­selle, du mo­bi­lier, des fringues et même une ga­le­rie d’art et un ca­fé où si­ro­ter des smoo­thies dans la grande cour ar­bo­rée. Sluiz, car­re­te­ra de Sant Mi­quel (km 4), San­ta-Ger­tru­dis, www.sluiz-ibi­za.com

MON HÔ­TEL RU­RAL PLANQUÉ

Ibi­za, c’est deux mondes qui s’op­posent : la faune des club­beurs au sud, les au­toch­tones et va­can­ciers so­li­taires au nord. Deux uni­vers qui se snobent sans ja­mais se croi­ser, même en plein mois d’août. En nor­distes convain­cus, on opte pour une chambre en agro­tou­risme chez Can Fus­ter, mai­son ibi­zienne ty­pique. L’en­droit idéal pour se cou­per du monde en ga­lo­pant à che­val sur la terre ocre. Can Fus­ter, à par­tir de 115 € la chambre double. www.ho­tel­ru­ra­li­bi­za­can­fus­ter.com

MES CRIQUES PRESQUE SECRÈTES

Avec ses roches plates au-des­sus de la mer, la plage de Pin­ta Ga­le­ra, à l’ori­gine nu­diste et peu fré­quen­tée, to­lère au­jourd’hui les maillots de bain. Un pay­sage ro­cailleux, des eaux tur­quoise et un cou­cher de so­leil qui tue. Autres criques à dé­cou­vrir loin de la fu­reur du monde, Ca­la Xu­clà (voi­sine de Por­ti­natx), Pou des Lleo avec ses ca­se­tas de pêcheurs ou Ca­la Mas­tel­la, avec son res­to de plage les pieds dans l’eau, El Bi­gotes. Plat unique et pas de té­lé­phone, on ré­serve sur place quelques jours avant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.