LES BONNES MA­NIÈRES Ve­ni, vi­di, Pit­ti !

L'Obs - - Le Som­maire -

Af­fai­blies, les fa­shion weeks mas­cu­lines de Londres et de Mi­lan as­sistent cette sai­son au sacre du Pit­ti Uo­mo, salon qui cé­lé­brait la se­maine der­nière, à Flo­rence, sa 90e édi­tion

— par LAU­RIANNE ME­LIERRE

Cer­tains ont par­lé de « grand bou­le­ver­se­ment ». D’autres, plus pro­saïques, de « mer­ca­to ». Tou­jours est-il que de­puis 2015 le monde de la mode mas­cu­line a dé­fi­ni­ti­ve­ment chan­gé de vi­sage(s). Dans le grand bouillon de culture qui l’agi­tait alors, on as­sis­tait au dé­part d’He­di Sli­mane, qui quit­tait avec fra­cas Saint Laurent au dé­but de cette an­née. Au même mo­ment, Bur­ber­ry dé­ci­dait de re­voir son mo­dèle éco­no­mique, de­ve­nant la pre­mière grande marque de luxe à dis­soudre son dé­fi­lé mas­cu­lin au pro­fit d’un show mixte et unique pro­gram­mé pen­dant la se­maine de la mode fé­mi­nine, pri­vant au pas­sage le Bri­tish Fa­shion Coun­cil de son plus gros évé­ne­ment. Idem du cô­té de Mi­lan, dé­ser­tée cette sai­son par ses marques les plus em­blé­ma­tiques : Cal­vin Klein, Ro­ber­to Ca­val­li, Bot­te­ga Ve­ne­ta, Er­me­ne­gil­do Ze­gna, Cos­tume Na­tio­nal et Brio­ni n’ont ain­si pas dé­fi­lé pour le printemps-été 2017, se fai­sant le re­flet criant de cette valse aux di­rec­teurs ar­tis­tiques dou­blée de grands ajus­te­ments stra­té­giques.

Mais il faut croire que le mal­heur des uns fait le bon­heur de Flo­rence… En pleine si­nis­trose, le Pit­ti Uo­mo (du 14 au 17 juin), plus grand salon de mode mas­cu­line du monde et sou­pape de dé­com­pres­sion his­to­rique entre Londres et Mi­lan, an­non­çait un pro­gramme pé­ta­ra­dant. Outre son mil­lier de marques et ses quelque 30 000 visiteurs, l’évé­ne­ment de Ra ael­lo Na­po­leone, son di­rec­teur, met­tait en scène le re­nou­veau gal­va­ni­sant que connaît le vê­te­ment mas­cu­lin. Ain­si, c’est à Flo­rence et nulle part ailleurs que l’on dé­cou­vrait la col­lec­tion été 2017 du pro­té­gé de Comme des Gar­çons, le Russe Go­sha Rub­chins­kiy, dont l’éter­nel thème so­vié­tique flir­tait, cette fois-ci, avec les marques ita­liennes les plus cultes des an­nées 1990, Kap­pa, Fi­la et Ser­gio Tac­chi­ni en tête, quand Karl La­ger­feld, lui, dé­bal­lait ses plus belles pho­to­gra­phies au Pa­laz­zo Pit­ti pour « Vi­sions of Fa­shion », exposition-ré­tros­pec­tive à dé­cou­vrir face aux oeuvres Re­nais­sance du pa­lais. De son cô­té, le pro­met­teur Faus­to Pu­gli­si, re­pé­ré par Ar­ma­ni, sur­pre­nait avec une pre­mière col­lec­tion cap­sule fai­sant hon­neur à la splen­deur dé­ca­dente des grandes heures ita­liennes. Un faste ins­pi­rant éga­le­ment Car­tier, qui choi­sis­sait la ci­té tos­cane pour y dé­voi­ler la « Drive », son der­nier mo­dèle de montre ré­ser­vé à la gent mas­cu­line, avant un finale en apo­théose avec, dans la même jour­née, le pre­mier dé­fi­lé du la­bel ja­po­nais Vis­vim et le très at­ten­du show de Raf Si­mons. In­ves­tis­sant, à la tom­bée du jour, une an­cienne sta­tion de gare, le Belge en­va­his­sait l’es­pace de man­ne­quins vi­trine por­tant ses plus belles pièces d’archives avant de pré­sen­ter sa nou­velle col­lec­tion, lo­gi­que­ment in­ti­tu­lée « Flo­rence Cal­ling ». Sans nul doute qu’avec cette 90e édi­tion Flo­rence et son Pit­ti ont trou­vé leur nombre d’or… Que se­ra, se­ra.

DÉ­FI­LÉ GO­SHA RUB­CHINS­KIY. LE DÔME DE SAN­TA MA­RIA DEL FIORE.

SOI­RÉE CAR­TIER. DÉ­FI­LÉ FAUS­TO PU­GLI­SI.

L’EX­PO « VI­SIONS OF FA­SHION », DE KARL LA­GER­FELD. LE PA­LAZ­ZO PIT­TI.

DÉ­FI­LÉ VIS­VIM.

DÉ­FI­LÉ RAF SI­MONS.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.