LES GENS Pri­maire : les ri­vaux de Hol­lande

L'Obs - - Le Sommaire - AU­DREY SALOR

LE DÉ­FEN­SEUR DES “PE­TITS” An­cien ins­pec­teur du travail, membre du bu­reau na­tio­nal du PS, Gé­rard Fi­loche a dé­jà o ciel­le­ment dé­cla­ré sa can­di­da­ture. Son cre­do : la dé­fense des pe­tits sa­laires et des pe­tites re­traites. Cou­tu­mier des coups de gueule et cri­tique as­si­du de Hol­lande, ce pour­fen­deur de la loi El Khom­ri (« le pire texte ja­mais pro­duit de­puis un siècle ») n’a pas de doute sur l’is­sue du scru­tin : « Même une chèvre gagnerait contre Hol­lande. »

L’EX-MI­NISTRE EN EM­BUS­CADE Vi­ré du gou­ver­ne­ment en août 2014 après l’a aire de la « cu­vée du re­dres­se­ment » de Fran­gy-en-Bresse, Ar­naud Mon­te­bourg, l’an­cien mi­nistre de l’Eco­no­mie, sort peu à peu de sa ré­serve. Sa can­di­da­ture n’est pas en­core o cielle, mais l’adepte du made in France, qui ar­ti­cule son pro­jet au­tour d’une pla­te­forme par­ti­ci­pa­tive, Le­pro­jet­france.fr, se pré­pare. At­ten­tion : « S’il y a une pri­maire ré­duite, sur me­sure, non ou­verte, je fe­rai usage de ma li­ber­té », pré­vient-il.

LE MA­CHIA­VEL DE L’ÉLY­SÉE Fran­çois Hol­lande s’y est ré­so­lu. Pour se res­sour­cer et contraindre les fron­deurs à se ral­lier à lui, le pré­sident a de­man­dé à Jean-Ch­ris­tophe Cam­ba­dé­lis, pre­mier se­cré­taire du PS, d’or­ga­ni­ser une pri­maire ou­verte de la « gauche de gou­ver­ne­ment » à la­quelle pour­ront par­ti­ci­per des so­cia­listes, des membres du Par­ti ra­di­cal de Gauche et des éco­los. En vue du scru­tin des 22 et 29 jan­vier 2017, les ri­vaux de l’in­té­rieur de la ma­jo­ri­té sont con­traints d’en­trer en lice… Au risque d’être trop nom­breux pour faire tré­bu­cher le cham­pion sor­tant qui en­tend plus que ja­mais di­vi­ser pour mieux ré­gner.

LE FRON­DEUR AM­BI­TIEUX Comme Mon­te­bourg, Be­noît Ha­mon, ex-mi­nistre de l’Edu­ca­tion, a été vi­ré du gou­ver­ne­ment après Fran­gy-en-Bresse, en août 2014. De­puis, le dé­pu­té des Yve­lines a re­joint les rangs de la fronde par­le­men­taire. En fé­vrier der­nier, il se di­sait « pro­ba­ble­ment can­di­dat » à une pri­maire… tout en se lais­sant la pos­si­bi­li­té de sou­te­nir Mon­te­bourg. Ce week-end, il a ac­cueilli avec sa­tis­fac­tion la nou­velle de la pri­maire, preuve se­lon lui qu’« il n’y a plus de can­di­dat na­tu­rel ».

L’OP­PO­SANTE RÉ­SO­LUE Ma­rie-Noëlle Lie­ne­mann est dé­jà par­tie en cam­pagne. La sé­na­trice de Pa­ris ne manque ja­mais une oc­ca­sion de dire tout le mal qu’elle pense de la po­li­tique du gou­ver­ne­ment. Ré­cem­ment, elle a pu­blié « Mer­ci pour ce chan­ge­ment », un brû­lot an­ti-Hol­lande : « Il est un obs­tacle […] à un re­bond de la gauche per­met­tant d’es­pé­rer sa vic­toire, un obs­tacle à la re­con­quête des couches po­pu­laires que pour une part Ma­rine Le Pen a cap­tées. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.