A vé­lo ou à scoo­ter, tous au­toen­tre­pre­neurs ?

L'Obs - - Grands Formats -

Le sta­tut d’au­toen­tre­pre­neur, au­quel sont sou­mis la plu­part des li­vreurs, a vu le jour en 2008. Ce dis­po­si­tif per­met de créer une en­tre­prise avec le mi­ni­mum de dé­marches ad­mi­nis­tra­tives. Les mi­croen­tre­pre­neurs (leur nou­veau nom) sont au­jourd’hui un mil­lion. Dans les ser­vices, ils ne doivent pas dé­cla­rer plus de 32 900 eu­ros an­nuel­le­ment. Le mi­croen­tre­pre­neur dé­clare son chiffre d’af­faires et paie ses charges so­ciales (ré­gime mi­cro-so­cial sim­pli­fié) se­lon un taux for­fai­taire. Ses co­ti­sa­tions couvrent l’as­su­ran­ce­ma­la­die, la CSG, les al­lo­ca­tions fa­mi­liales, la re­traite, l’in­va­li­di­té, mais n’ouvrent pas droit à l’in­dem­ni­sa­tion chô­mage. Le mi­croen­tre­pre­neur n’est pas af­fi­lié au ré­gime gé­né­ral de la Sé­cu­ri­té so­ciale mais au RSI (ré­gime so­cial des in­dé­pen­dants), en­core très dé­crié. Trois an­ciens li­vreurs de la start-up Tok Tok Tok ont de­man­dé aux prud’hommes de Pa­ris de re­qua­li­fier leur sta­tut d’au­toen­tre­pre­neur en sa­la­rié. Ju­ge­ment dans un an.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.