Saints en si­li­cone

LE CERCLE, PAR DAVE EG­GERS, TRA­DUIT PAR EM­MA­NUELLE ET PHI­LIPPE ARONSON, GAL­LI­MARD, 528 P., 25 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - DA­VID CAVIGLIOLI

Ce ro­man dé­rou­te­ra sans doute ceux qui s’at­ten­daient à quelque chose de plus dé­rou­tant. Avec « Zei­toun » et « le Grand Quoi », grandes fresques do­cu­men­taires, ou avec « Un ho­lo­gramme pour le roi », re­mix du « Châ­teau » de Ka a en Ara­bie saou­dite, Dave Eg­gers nous avait ha­bi­tués à des livres plus ex­pé­ri­men­taux. « Le Cercle » est éton­nam­ment conven­tion­nel. For­mel­le­ment rien ne le dis­tingue du ro­man amé­ri­cain moyen, trop long, trop dia­lo­gué. Ça se passe dans la Si­li­con Val­ley, uni­vers mille fois dé­peint, qui s’est en outre lui-même construit en ré­fé­rence à la lit­té­ra­ture de scien­ce­fic­tion. Dave Eg­gers (pho­to) ne par­vient pas à s’ex­tir­per de ce nid de sté­réo­types. Une jeune femme est en­ga­gée au ser­vice « ex­pé­rience client » du Cercle, un géant du web fon­dé par un tech­no-gou­rou, qui a ava­lé Google et Fa­ce­book. Elle dé­couvre le « cam­pus », avec ses atriums vi­trés, ses aires de jeux, son ma­na­ge­ment du bon­heur – on a dé­jà vu tout ça dans « En­voyé spé­cial ». L’en­tre­prise va bien sûr chan­ger de vi­sage et de­ve­nir un en­fer pa­vé de bonnes in­ten­tions, une firme sans pi­tié qui, der­rière ses dis­cours sou­riants, nous mène au to­ta­li­ta­risme de­si­gn et à l’apo­ca­lypse bio­nu­mé­rique. (Aux EtatsU­nis, les tech­no­lâtres ont vio­lem­ment dé­mo­li ce ro­man ré­tro­grade.)

Pour­tant, le sa­voir-faire de Dave Eg­gers sauve le livre. Dé­jà, il vit à San Fran­cis­co, poste d’ob­ser­va­tion pri­vi­lé­gié de cette nou­velle hu­ma­ni­té en si­li­cone. Sa sa­tire de la mys­tique ca­li­for­nienne est pré­cise, à dé­faut d’être ori­gi­nale. Sur­tout, il sait construire un ro­man. Un sus­pense mal­sain court tout au long du livre. Cer­tains pas­sages sont des mer­veilles d’hu­mour et d’in­ven­ti­vi­té, comme ces épi­dé­mies de pa­nique col­lec­tive dès que quel­qu’un met plus de vingt se­condes à ré­pondre à un mail, ou cette course-pour­suite en strea­ming d’un per­son­nage re­tar­da­taire et non connec­té, pour­chas­sé par une ca­mé­ra-drone comme Ca­ry Grant dans « la Mort aux trousses », pen­dant que des mil­lions d’in­ter­nautes à tra­vers le monde, ri­vés sur leurs écrans, veulent lui dire qu’ils l’aiment. L’en­fer, c’est les friends.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.