LAYLA IN THE SKY PAR MI­CAH MAGEE

L'Obs - - Critiques - JÉ­RÔME GAR­CIN

Drame amé­ri­cain, avec De­von Kel­ler, Aus­tin Reed, Dez­ta­ny Gon­zales (1h33).

C’est de­ve­nu un clas­sique du ci­né­ma in­dé­pen­dant : ra­con­ter les tour­ments et la so­li­tude d’une ado­les­cente en­ceinte dans l’Amé­rique d’au­jourd’hui, pro­fonde et pu­ri­taine. La jeune Texane Mi­cah Magee, dont c’est le pre­mier long-mé­trage (en par­tie au­to­bio­gra­phique), y sa­cri­fie donc, comme à un ri­tuel de pas­sage. Et elle fait très bien le job. Ça se passe à San An­to­nio (où le taux de filles-mères est 50% plus éle­vé que la moyenne na­tio­nale), dans un mi­lieu très mo­deste. Re­je­tée par des pa­rents in­té­gristes, la blonde Layla, brillante au col­lège et mate dans la vie, largue l’in­fan­tile boy­friend qui l’a en­gros­sée et s’ins­talle chez sa grand-mère. Pour gar­der l’en­fant, elle aban­donne même son pro­jet d’in­té­grer la fac qui l’avait ac­cep­tée et de­vient ser­veuse dans un fast-food. L’in­trigue dé­cline, sur fond de folk, toutes les étapes, cer­taines cruelles, du che­min de tra­verse où Layla s’érafle, s’abîme, souffre et ré­siste. Elle est in­car­née par une stu­pé­fiante et bou­le­ver­sante in­con­nue, De­von Kel­ler [pho­to] (ré­vé­lée et pri­mée au Fes­ti­val d’An­gers), sans la­quelle ce film très bien pho­to­gra­phié n’eût été qu’une chro­nique triste et ba­nale. C’est peu dire qu’elle l’ha­bite, elle le porte.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.