Houel­le­becq chante aus­si

PRÉ­SENCE HU­MAINE, PAR MI­CHEL HOUEL­LE­BECQ (TRICATEL)

L'Obs - - Critiques - FRAN­ÇOIS ARMANET

Dis­pa­ru des ra­dars, le disque unique de Houel­le­becq, sor­ti en 2000, est en­fin réé­di­té (avec deux titres iné­dits en CD et pour la pre­mière fois en vi­nyle). La col­la­bo­ra­tion acro­ba­tique entre le bien­tôt cé­lèbre écri­vain des « Par­ti­cules » et le jeune pro­duc­teur du la­bel Tricatel n’a pas pris une ride. Ber­trand Bur­ga­lat, ar­ran­geur for­ce­né, dan­dy mul­ti-ins­tru­men­tiste et am­bian­ceur caus­tique, taille un cos­tard sur me­sure au poète en par­ka, croo­ner atone, un soup­çon de La­villiers dans sa voix dé­jà la­mi­née par les quatre pa­quets de clopes quo­ti­diens. De « Cé­li­ba­taires » en « Playa Blan­ca », Houel­le­becq élec­trise des textes ex­traits du « Sens du com­bat », de « Res­ter vi­vant » et de « Re­nais­sance ». Chairs grises et pics de pol­lu­tion, moi­teur de l’été, trans­pi­ra­tion du tech­ni­cien de sur­face, pré­sence di­vine et crème so­laire. Aux ma­nettes avec le groupe Ei el (gui­tares-bat­te­rie), Bur­ga­lat (et son orgue Wur­lit­zer) tri­cote une mu­sique adé­quate, entre Tal­king Heads et Mi­chel Magne, Ri­ta Mit­sou­ko dé­pres­sif et Brian Eno d’aé­ro­port : bos­sa du pauvre, blues ba­loche, funk mou, pop de thé dan­sant à La Cou­pole, comp­tines dis­co-toc, plages de slow cos­ta­bra­vache. La soi­rée dé­colle. Un tube de l’été ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.