Le meilleur de Ba­lan­chine

NEW YORK CI­TY BAL­LET : QUATRE CHO­RÉ­GRA­PHIES, DE GEORGE BA­LAN­CHINE, LES 28, 29 JUIN, LES 2 ET 8 JUILLET, LES ÉTÉS DE LA DANSE (AUTRES PRO­GRAMMES JUS­QU’AU 16 JUILLET), THÉÂTRE DU CH­TE­LET, RENS. : 01-40-28-28-40.

L'Obs - - Critiques - RA­PHAËL DE GUBERNATIS

Créé par des fonds pri­vés pour per­mettre à George Ba­lan­chine de créer ses bal­lets, des chefs-d’oeuvre, mais aus­si un jo­li nombre de na­vets kitsch pour com­plaire aux dames amé­ri­caines, le New York Ci­ty Bal­let est l’em­blème néo­clas­sique d’un conti­nent qui n’avait pas de pas­sé cho­ré­gra­phique. Quand des gé­nies comme Mar­tha Gra­ham, Merce Cun­nin­gham ou Lu­cin­da Childs in­ven­taient des uni­vers neufs, Ba­lan­chine ré­in­ven­tait la danse clas­sique pour les Amé­ri­cains. Il avait fait ses pre­miers pas de cho­ré­graphe en Eu­rope, avec les Bal­lets russes, et « Apol­lon Mu­sa­gète », ain­si créé à Pa­ris en 1928, de­meure l’une de ses oeuvres les plus ac­com­plies, et l’une de ses col­la­bo­ra­tions les plus parfaites avec Igor Stra­vins­ki qui en com­po­sa la mu­sique. La « Sym­pho­nie en trois mou­ve­ments » et « Duo concer­tant » sont deux autres ou­vrages du com­po­si­teur et du cho­ré­graphe. Mais une autre des cho­ré­gra­phies les plus mar­quantes de Ba­lan­chine, « les Quatre Tem­pé­ra­ments » (1946), a été créée en com­mu­nion avec la mu­sique de Paul Hin­de­mith.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.