“La pro­hi­bi­tion n’est pas un échec”

L'Obs - - Grands Formats - ÉTIENNE APAIRE PRO­POS RE­CUEILLIS PAR NATHALIE BENSAHEL

La guerre contre la drogue se ré­vèle in­ef­fi­cace en France… Je pense au contraire que la pro­hi­bi­tion n’est pas un échec. A moins de croire que les lois contre les toxi­co­ma­nies sont faites pour éra­di­quer to­ta­le­ment un com­por­te­ment, ce qui n’est pas le cas. Si l’on com­pare la consom­ma­tion de pro­duits illi­cites, soit le cannabis et toutes les drogues, à la consom­ma­tion de pro­duits au­to­ri­sés sur des mar­chés or­ga­ni­sés, à sa­voir l’al­cool et le ta­bac, je dis que la loi pé­nale li­mite la consom­ma­tion de cannabis : il y a 12 mil­lions de consommateurs ré­gu­liers d’al­cool, 13 mil­lions de fu­meurs et moins de 4 mil­lions de fu­meurs de cannabis ré­gu­liers. Au­tre­ment dit, l’in­ter­dic­tion et la ré­pres­sion contiennent mal­gré tout l’usage d’un pro­duit dan­ge­reux et no­cif. Je ne pense pas qu’en le­vant l’in­ter­dit sur le cannabis, les jeunes usa­gers ma­jeurs se­ront moins in­té­res­sés. On risque au contraire de voir les tra­fi­quants se dé­pla­cer da­van­tage sur le mar­ché des mi­neurs. Les par­ti­sans de la lé­ga­li­sa­tion af­firment pour­tant que c’est le seul moyen de cas­ser les tra­fics et le mar­ché de la drogue au­jourd’hui… L’ar­gu­ment éco­no­mique n’est pas con­vain­cant. Si, comme dans le Co­lo­ra­do, on confie au sec­teur pri­vé le soin d’or­ga­ni­ser le mar­ché, les so­cié­tés qui se lan­ce­ront n’au­ront qu’une seule ob­ses­sion : aug­men­ter le nombre des ache­teurs et vendre le plus de pro­duit pos­sible. Ce qui est dé­jà le cas aux Etats-Unis. Ima­gi­nez qu’un jour le cannabis ne soit plus consi­dé­ré comme un pro­duit dan­ge­reux par les ins­tances in­ter­na­tio­nales et que Phi­lip Mor­ris veuille y in­ves­tir, je vous pré­dis que le groupe n’au­ra pas le sou­ci de faire bais­ser la consom­ma­tion dans le monde ! Par ailleurs, si la lé­ga­li­sa­tion dé­bouche sur un com­merce d’Etat comme en Uru­guay, on au­ra for­cé­ment droit à une aug­men­ta­tion de l’usage. Parce qu’il y au­ra un ap­pel d’air. Nous en au­rons le coeur net d’ici un ou deux ans, après un pre­mier bi­lan dans ces deux lieux tests. Que faut-il faire se­lon vous pour que la consom­ma­tion cesse d’aug­men­ter en France ? Il est lar­ge­ment temps de sim­pli­fier la lutte contre la consom­ma­tion, de sys­té­ma­ti­ser les ré­ponses pé­nales utiles et de sup­pri­mer celles qui sont stu­pides, comme la prison pour les usa­gers. Les concer­nant, il faut mettre en place les tra­vaux d’in­té­rêt gé­né­ral et tout l’at­ti­rail des contraintes dans la vie cou­rante, comme la sup­pres­sion de l’abon­ne­ment au por­table ou l’in­ter­dic­tion d’uti­li­ser sa voi­ture ou son scoo­ter. (*) Mis­sion in­ter­mi­nis­té­rielle de Lutte contre la Drogue et les Toxi­co­ma­nies.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.