Un écri­vain en cam­pagne

L'Obs - - Grands Formats - D. L. B.

Tout à sa han­tise du « grand rem­pla­ce­ment », Renaud Ca­mus se pose en can­di­dat à la pré­si­den­tielle. Ce n’est pas nou­veau. En 2007 et en 2012 dé­jà, il s’était lan­cé dans l’aven­ture. Sans trop y croire. Dans son « Jour­nal », il écri­vait, en fé­vrier 2007: « C’est sans doute une chance pour moi que ma cam­pagne pré­si­den­tielle n’ait pas l’air de me­ner grand part, ni ma can­di­da­ture de seule­ment dé­col­ler: avec les mau­vais nerfs que j’ai, je ne sais pas com­ment je fe­rais pour di­ri­ger le pays, vrai­ment! » Lu­ci­di­té qui ne l’em­pêche pas d’avoir créé le par­ti de l’In-no­cence, ain­si que le NON, un mou­ve­ment dé­dié à « la ré­sis­tance au chan­ge­ment de peuple et de ci­vi­li­sa­tion ». Ce­lui-ci comp­te­rait entre 2 000 et 3 000 adhé­rents. « Après 2017, il se­ra trop tard. La pré­si­den­tielle s’or­ga­ni­se­ra au­tour de cette ques­tion: “Sou­hai­tons-nous que la France cesse d’être la pa­trie du peuple fran­çais? » clame l’écri­vain. Conscient de ses chances in­fimes de réunir les 500par­rai­nages pour se pré­sen­ter, il dit qu’il sou­tien­dra Ma­rine Le Pen, mal­gré le re­fus de celle-ci de re­prendre à son compte le concept de « grand rem­pla­ce­ment ». « Elle est mieux que rien », lâche-t-il.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.