Mi­nables des Ca­raïbes

UN FLI­BUS­TIER FRAN­ÇAIS DANS LA MER DES AN­TILLES, PRÉ­SEN­TÉ PAR JEAN-PIERRE MO­REAU, PAYOT/RI­VAGES, 335 P., 10 EU­ROS.

L'Obs - - Cri­tiques - DA­VID CA­VI­GLIO­LI

L’au­teur de ces Mé­moires de pi­rate est in­con­nu. On le sur­nomme donc « l’Ano­nyme de Car­pen­tras ». Il était pro­ba­ble­ment sol­dat. Il ra­conte, avec une plume as­su­rée et une pré­ci­sion éru­dite, l’ex­pé­di­tion du ca­pi­taine Fleu­ry, par­ti piller les mers et les côtes ca­ri­béennes de 1618 à 1620. Une chose est sûre : son ré­cit passe l’en­vie d’être pi­rate. Le fli­bus­tier, ap­prend-on, prend la mer en­det­té. Il n’ac­coste qu’in­quiet, car il a des créan­ciers par­tout. S’il par­vient à ra­pi­ner, il doit faire va­li­der sa prise en jus­tice, re­ve­nu au pays, et les tri­bu­naux sont sé­vères. Ici, l’équi­page Fleu­ry, par­ti cher­cher « bien et hon­neur », ne ra­mène rien. A bord, les sol­dats et les ma­rins se haïssent, tou­jours « sur le point de [se] prendre à la gorge les uns les autres ». Dès qu’ils mettent un pied à terre, ils sont as­sas­si­nés par des « sau­vages », des « for­bans » et des Por­tu­gais. Ou ils meurent de faim, quand ils ne peuvent plus ava­ler leurs ga­lettes de cuir, de cor­dage et de crottes de rat (trem­pées dans la mer, sé­chées au char­bon). Ou­bliez Long John Sil­ver. Les îles sont sans tré­sor.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.