L’en­quête corse

Une femme re­vient en Corse, sur le lieu où, vingt-sept ans plus tôt, ont pé­ri ses pa­rents dans un mys­té­rieux ac­ci­dent de la route

L'Obs - - Cri­tiques - CLAIRE JUL­LIARD

LE TEMPS EST AS­SAS­SIN, PAR MI­CHEL BUS­SI, PRESSES DE LA CI­TÉ, 532 P, 21,50 EU­ROS.

Mi­chel Bus­si a par­fois confes­sé son ad­mi­ra­tion pour Sé­bas­tien Ja­pri­sot. Il existe bien un lien de fi­lia­tion entre l’au­teur de « l’Eté meur­trier » et ce­lui de « Ma­man a tort ». En par­ti­cu­lier dans sa fa­çon d’im­bri­quer in­trigues pas­sion­nelles et cri­mi­nelles, de dis­til­ler vé­ri­tés long­temps dis­si­mu­lées et ré­vé­la­tions aux consé­quences tra­giques. Dans son nou­veau livre, il ex­pé­die ad patres tous ses per­son­nages sauf un dès le pre­mier cha­pitre. En ce mois d’août 1989, la Fue­go rouge que conduit Paul Idris­si sur une cor­niche en Corse rate un vi­rage et bas­cule dans un pré­ci­pice haut de 20 mètres. Des quatre pas­sa­gers, seule Clo­tilde en est ré­chap­pée. As­sise par terre en état de choc, l’ado­les­cente de 15 ans voit alors les se­cou­ristes em­bal­ler les ca­davres de ses pa­rents et de son frère dans des grands sacs pou­belle. Vingt-sept ans plus tard, comme en pè­le­ri­nage, elle re­fait le tra­jet avec son ma­ri Franck et leur fille sur cette pres­qu’île de la Re­vel­la­ta où elle n’était ja­mais re­ve­nue. Elle éprouve alors la cer­ti­tude que son père n’a pas frei­né, qu’il a fon­cé tout droit dans le ra­vin. Peu après, la pa­tronne du cam­ping où la fa­mille avait ses ha­bi­tudes lui re­met une lettre qui vient de lui par­ve­nir. Si­dé­rée, Clo­tilde re­con­naît l’écri­ture de sa mère Pal­ma. Se­rait-elle tou­jours en vie ? A par­tir d’une telle énigme, il est bien di cile de lâ­cher le ro­man. Ce­lui-ci croise un ré­cit au pré­sent et le jour­nal in­time de l’ado­les­cente de 1989.

Le cadre à la fois idyl­lique et me­na­çant de la pres­qu’île do­mi­née par la fi­gure du Pa­pé Cas­sa­nu Idris­si, sorte de Do­mi­ni­ci tai­seux, est pour beau­coup dans le charme du livre. Bus­si le géo­graphe, dont le nom té­moigne des ori­gines corses, prend plai­sir à évo­quer une Ba­lagne un peu my­thi­fiée aux se­crets bien gar­dés. La dra­ma­tur­gie est par­faite. Le beau Na­tale, le gar­dien des Dau­phins dont Clo­tilde et sa mère tom­bèrent toutes les deux amou­reuses, y joue un rôle clé. On pense à « l’An­née des mé­duses », au « Grand Bleu ». Mais si l’au­teur s’amuse à émailler son texte de ré­fé­rences, il le conduit pour­tant avec la maes­tria qui lui est propre jus­qu’à un dé­noue­ment spec­ta­cu­laire qui jus­ti­fie son au­ra d’écri­vain po­pu­laire de qua­li­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.