PAR HU­BERT WORONIECKI

L'Obs - - Critiques - F. F.

Do­cu­men­taire amé­ri­cain (1h29).

Il a été l’homme le plus en­vié du monde : John Casablancas, fon­da­teur de l’agence Elite, a eu les plus belles femmes du monde dans son bu­reau et, sou­vent, dans son lit. De Cin­dy Craw­ford à Lin­da Evan­ge­lis­ta, en pas­sant par Iman et Nao­mi Camp­bell, elles sont toutes pas­sées chez Elite. Casablancas, dans ce film qu’il com­mente peu de temps avant sa mort en 2013 (à 70 ans), ra­conte sa vie. En­fant de bour­geois émi­grés ca­ta­lans, fils de fa­mille, bon à rien, joueur, gros fu­meur, dra­gueur, il a eu l’idée de créer une agence d’un nou­veau style, où les man­ne­quins de­vien­draient des stars. Les an­nées 1970 et 1980 furent celles d’une fête per­ma­nente, et puis les ac­cu­sa­tions de pros­ti­tu­tion, de tra­fic de drogue, de bac­cha­nales ont été mor­telles. L’homme, en tout cas, est char­mant et sym­pa­thique. Il ra­conte sans pré­ten­tion, avec sa­veur, no­tam­ment sa guerre avec l’agence Ei­leen Ford, qui fut bru­tale. Toute une époque de gla­mour et de charme re­vit ain­si, et c’est dé­lec­table.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.