10 CHOSES À SA­VOIR SUR…

Ch­ris­tophe Mios­sec

L'Obs - - Le Sommaire - JEAN-FRÉ­DÉ­RIC TRONCHE

1

BREST A 51 ans, Ch­ris­tophe Mios­sec a gar­dé ses at­taches avec Brest (Fi­nis­tère), sa terre et sa mer na­tales dont il a fait un titre en 2004 et où il a tou­jours une mai­son. Au gré de sa pro­mo et de ses concerts, il dit ha­bi­ter Pa­ris car « c’est plus simple », mais sur­tout parce qu’« il faut bien que je ré­ponde quelque chose. En fait, ça fait un an que je suis en pro­me­nade per­pé­tuelle ».

2

PA­PA Mios­sec a hé­si­té, « parce que le re­frain est couillon », mais « Pa­pa » est le titre d’un des mor­ceaux de l’al­bum. Son père, tou­jours de ce monde, était plon­geur sous-ma­rin. « Une sorte de hé­ros de jeu­nesse, confie le chan­teur. Pen­dant long­temps, j’ai vou­lu faire son mé­tier. Mais à force de plon­ger, je me suis bou­sillé les oreilles. Ça ex­plique presque que je me sois mis à la mu­sique, car je ne suis pas sourd pour au­tant ! »

3

JOHN­NY « Mon al­bum parle beau­coup d’ani­ma­li­té. Et pour moi, John­ny Hal­ly­day est le roi des ani­maux en France. Il faut al­ler le voir en concert pour com­prendre vrai­ment qui il est. Trop de gens parlent de lui sans le connaître. J’ai écrit une di­zaine de chan­sons pour lui : “l’At­tente”, “De l’amour”, “20 Ans”… Ré­di­ger ses textes, se glis­ser dans sa peau, puis l’en­tendre sur scène chan­ter ces mots-là, c’est… waouh ! Un plai­sir. »

4

GROUPE « Mam­mi­fères » est né d’une mort. Celle de Ré­my Kol­pa Ko­poul, en mai

2015. « Il était pra­ti­que­ment l’in­ven­teur du concept de world mu­sic en France, ra­conte Mios­sec. Il en par­lait sur Ra­dio No­va et dans “Li­bé­ra­tion”. C’était un per­son­nage in­croyable, en­cy­clo­pé­dique. » Sol­li­ci­té pour par­ti­ci­per à une soi­rée hom­mage, Mios­sec y a ren­con­tré la vio­lo­niste-joueuse de man­do­line Mi­ra­belle Gi­lis, de­ve­nue sa com­pagne, Lean­der Lyons (gui­tares, basse et cla­viers) et Jo­hann Riche (ac­cor­déo­niste), qui com­posent son nou­veau groupe.

5

COUPLE Quand on lui de­mande s’il n’est pas com­pli­qué de tra­vailler avec sa belle Mi­ra­belle, Ch­ris­tophe Mios­sec sou­rit : « Tra­vailler en couple alors que nous sommes mu­si­ciens tous les deux, c’est fa­bu­leux, pas du tout un han­di­cap mais un mo­teur. En même temps, ce qu’on pré­fère, c’est se pro­duire sur scène. » Ça tombe bien !

6

JOUR­NA­LISTE Les titres « les Ecailles », qui re­late un ac­ci­dent sur un pas­sage à ni­veau, ou en­core « le Roi », évo­ca­tion de ces pères per­chés sur des grues pour re­ven­di­quer leur droit à gar­der leurs en­fants, ré­vèlent l’une des sources d’ins­pi­ra­tion fé­tiches de Mios­sec : les faits di­vers. Pas un ha­sard. An­cien auxi­liaire de ré­dac­tion à « Ouest-France », puis jour­na­liste à La Réunion pen­dant un an et de­mi, il dit à pro­pos de cette ru­brique : « Ça m’a tou­jours pas­sion­né de­puis que je suis ga­min. C’est un bout d’hu­ma­ni­té à l’état brut. J’ai aus­si tra­vaillé à TF1, aux bandes-an­nonces, un bou­lot très ali­men­taire. Avant, j’étais chez Gal­li­mard, mais ça s’est mal pas­sé. Du coup, je me suis dit : “Merde, on va ga­gner de l’ar­gent et se fendre la gueule.” »

7

NOTRE-DAME-DES-LANDES Con­si­dé­rant que le dos­sier a été « trai­té n’im­porte comment par l’Etat », Mios­sec s’est pro­duit sur place avec San­se­ve­ri­no. « C’était l’an­née der­nière, on a fait un concert de sou­tien. On sait bien que ça ne sert pas à grand-chose, mais ça ré­chau e un peu les coeurs, c’est tout. »

8

MÉ­LEN­CHON « On a l’im­pres­sion que les so­cia­listes n’ont plus la ca­pa­ci­té de pen­ser la société, la sen­tir. Ce n’est qu’un jeu de per­sonnes, de tac­tiques : c’est as­sez dé­bec­tant. J’ai tou­jours vo­té pour des gens qui conti­nuent à se battre, même si leurs scores sont par­fois ri­di­cules. Au moins, ils sont pré­sen­tables à l’ar­ri­vée. Dans un monde idéal, Mé­len­chon pour­rait être très bien. Mais cette fa­çon de jouer l’homme pro­vi­den­tiel, je ne sais pas si ça mar­che­ra. »

9

ÉMO­TIONS John Williams, Mí­kis Theo­dorá­kis et As­tor Piaz­zol­la sont les pre­mières émo­tions mu­si­cales de Mios­sec. Il al­lait les écou­ter, sans le dire à ses pa­rents, aux fêtes du PS et du PCF.

10

GA­MIN « Dans ma tête, dit Mios­sec, je ne sais pas du tout l’âge que j’ai : c’est pro­blé­ma­tique. Faire de la mu­sique, c’est quand même un bou­lot de ga­min et on pa­tauge dans les en­fan­tillages. C’est un peu bi­zarre. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.