NAIS­SANCE D’UN PO­LI­TIQUE

L'Obs - - Rocard & Nous -

Cha­cun a un contin­gent de chances qu’il voit pas­ser près de lui : le pro­blème est d’être prêt à les sai­sir. Pour l’élec­tion pré­si­den­tielle, il y a eu une double chance : d’abord qu’elle ait lieu, en­suite qu’elle se dé­roule dans les condi­tions que vous connais­sez. En­core fal­lait-il que le PSU puisse pré­sen­ter un can­di­dat et qu’il ait les moyens po­li­tiques et ma­té­riels de faire une cam­pagne. Der­rière cette chance, nous trou­vons l’exis­tence d’une in­fra­struc­ture col­lec­tive. […] Je crois que nos ca­ma­rades com­mu­nistes sont réa­listes et que l’es­sen­tiel, pour eux, c’est le rap­port de force. Aus­si long­temps qu’ils l’ont pu, ils ont es­sayé de nous faire dis­pa­raître. Ce­la s’est tra­duit par la du­re­té de leur po­li­tique élec­to­rale à notre égard en 1967 et par le re­fus de tout dia­logue en juin 1968. Du­rant la ré­cente cam­pagne, ils ont re­cou­vert sys­té­ma­ti­que­ment toutes les a ches du PSU. Nous avons res­pec­té les leurs jus­qu’au cin­quième jour pré­cé­dant le scru­tin. Après, il a bien fal­lu conqué­rir notre place et, grâce à l’ar­deur de nos mi­li­tants, nous avons ga­gné cette ba­taille des a ches. Mais ce­la est le pas­sé. Les com­mu­nistes doivent être gê­nés par le ton qu’ils ont em­ployé à mon égard. Le PSU ap­pa­rais­sant dé­sor­mais comme une force gran­dis­sante et in­des­truc­tible, ils de­vront en te­nir compte non seule­ment sur le plan élec­to­ral mais aus­si sur ce­lui de l’ac­tion so­ciale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.