DER­NIÈRE PRO­PHÉ­TIE

L'Obs - - Rocard & Nous -

L e drame se si­tue au coeur de la gauche et dans sa di­vi­sion. Le risque est éle­vé que la gauche soit absente du deuxième tour de la pré­si­den­tielle l’an­née pro­chaine car la gauche, toute la gauche, n’est pas à la hau­teur de sa mis­sion ré­for­ma­trice. Pour­tant, on per­çoit une cla­meur po­pu­laire in­ha­bi­tuelle qui va­lide cer­taines per­son­na­li­tés : l’e ca­ci­té de Ber­nard Ca­ze­neuve, l’au­dace d’Em­ma­nuel Ma­cron ou la fer­me­té de Ma­nuel Valls, qui, sur le plan de l’au­to­ri­té de l’Etat, in­carne quelque chose que le pré­sident de la Ré­pu­blique n’a pas com­plè­te­ment choi­si d’in­car­ner. On l’a vu avec Léon Blum ou Pierre Men­dès France, la gauche fait rê­ver quand elle a de grands per­son­nages qui se hissent à la hau­teur de cir­cons­tances dra­ma­tiques pour faire avan­cer la cause du camp ré­for­ma­teur. Jau­rès fut le pre­mier so­cia­liste non mar­xiste et non ja­co­bin à ne pas avoir dit de bê­tises sur le ca­pi­ta­lisme et à re­cher­cher par­tout les moyens de la né­go­cia­tion so­ciale. Il était dans l’in­tui­tion de ce qui al­lait de­ve­nir la « deuxième gauche ». Un siècle plus tard, la frus­tra­tion de la gauche so­ciale-dé­mo­crate per­dure parce que la ré­cu­sa­tion des restes ad­mi­nis­tra­tifs du mar­xisme n’est pas fi­nie. La crise que tra­verse au­jourd’hui la gauche fran­çaise, c’est le prix de notre his­toire.

25 fé­vrier 1993

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.