MOI, OL­GA

PAR PETR KAZ­DA ET TOMÁS WEIN­REB

L'Obs - - Critiques - FRAN­ÇOIS FO­RES­TIER

Drame tchèque, avec Mi­cha­li­na Ols­zans­ka, Mar­tin Pe­chlat (1h45).

Une su­perbe sur­prise, ve­nue de la Ré­pu­blique tchèque : un drame qui re­prend un fait di­vers au­then­tique sur­ve­nu il y a qua­rante ans. Juillet 1973 : Ol­ga Hep­na­rová (Mi­cha­li­na Ols­zans­ka, à gauche pho­to), une jeune femme de 23 ans, fonce dans la foule avec un ca­mion et tue huit per­sonnes, en blesse douze autres. Ses mo­tifs : la haine qu’elle éprouve contre ce monde qui ne l’ac­cepte pas, et cette société étouf­fante – elle est ho­mo­sexuelle. Pas de re­grets, pas de ré­demp­tion : elle se­ra exé­cu­tée le 12 mars 1975 (on voit la scène dans le film, la ca­mé­ra ne se dé­tourne pas). Les deux réa­li­sa­teurs, pour leur pre­mier film, jouent le si­lence et la sim­pli­ci­té : ils re­cons­ti­tuent la jeu­nesse d’Ol­ga, dans cette Tché­co­slo­va­quie des se­ven­ties, écra­sée par la main­mise so­vié­tique. L’ère Dub­cek, la ten­ta­tive du « so­cia­lisme à vi­sage hu­main » a été ba­layée par les tanks de l’Ar­mée rouge, et il ne reste qu’un pays si­nistre. Murs écaillés, rues plom­bées, vi­sages tristes, mo­ra­li­té so­vié­tique, vie sans joie… Sè­che­ment, Petr Kaz­da et Tomás Wein­reb montrent cette jeune femme qui ne sou­rit ja­mais, en­fer­mée dans sa psy­chose, cer­taine que toutes les portes sont fer­mées. Elles le sont : vivre sa sexua­li­té de les­bienne à Prague en 1973 était chose im­pos­sible. Ol­ga était-elle ir­res­pon­sable ou sim­ple­ment ré­vol­tée? Quelques jours avant son acte, elle écri­vait : « Moi, Ol­ga Hep­na­rová, la vic­time de votre bes­tia­li­té, je vous condamne à mort. » Le film est puis­sant, pré­cis, ten­du. Il re­noue avec le grand cinéma tchèque des an­nées 1960, avec des films comme « Trains étroi­te­ment sur­veillés » de Ji­ri Men­zel. Ol­ga Hep­na­rová a été la der­nière femme exé­cu­tée par pen­dai­son courte (pas de po­tence, mais un simple cro­chet), et, avec elle, c’est toute une société qui a été condam­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.