CHEZ PROUST EN TOUR­NANT

PAR JÉ­RÔME PRIEUR

L'Obs - - Critiques - P. M.

La Pion­nière, 28 p., 13 eu­ros.

En ou­ver­ture, une vi­site de la chambre de Proust, au 102 du bou­le­vard Hauss­mann. Deux jours plus tard, dî­ner chez Raoul Ruiz et sa com­pagne, la ci­néaste Va­le­ria Sar­men­tio. Puis, à la fin de ce même mois de no­vembre 1998, ap­pel de Ruiz à Jé­rôme Prieur, pour lui of­frir de jouer Mon­sieur Ver­du­rin dans l’adap­ta­tion qu’il pré­pare du « Temps re­trou­vé ». L’écri­vain et réa­li­sa­teur, au­teur en 2001 d’un « Proust fan­tôme », com­plice at­ti­tré de Gé­rard Mor­dillat, n’a nul­le­ment l’in­ten­tion d’ac­cep­ter la pro­po­si­tion et pour­tant, quelques jours après, les cos­tumes de Mon­sieur Ver­du­rin sont taillés à sa me­sure. Bien­tôt, il ren­contre celle qui dans le film fi­gu­re­ra son épouse et, ce jour-là, Ma­rie-France Pi­sier lui lance en riant que les Ver­du­rin ne pensent à rien d’autre qu’à « bai­ser comme des bêtes ». C’est cette aven­ture sin­gu­lière, ces mo­ments par­ti­cu­liers, que Prieur re­trace dans ce tout pe­tit livre, vif, ma­lin, en­joué, qui, pour le lec­teur, ne se­ra pas temps per­du.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.