HOMME, Y ES TU?

Alors comme ça, vous avez cru qu’après les fa­shion weeks de Londres et de Mi­lan vous al­liez pou­voir zap­per celle de Pa­ris? Que nen­ni. La voi­ci ! —

L'Obs - - Tendances - Par SO­PHIE FON­TA­NEL

C’est sur les ro­tules que le monde de la mode com­mence la se­maine prin­temps-été 2017 homme à Pa­ris, après s’être far­ci deux autres villes. Sur les ro­tules mais en plein so­leil, sur le toit d’un col­lège hup­pé des beaux quar­tiers pour le show Ba­len­cia­ga. Dem­na Gva­sa­lia, d’ori­gine géor­gienne, le nou­veau DA (et aus­si l’un des créa­teurs de Ve­te­ments), est en­core at­ten­du au tour­nant, preuve que la terre d’ac­cueil co­co­ri­co a vrai­ment une paille dans l’oeil. Son dé­fi­lé est sans les dé­tails com­mer­ciaux qu’on trouve ces temps-ci par­tout ailleurs. Il s’ouvre sur un man­teau ca­mel com­men­cé ja­dis par Cristó­bal Ba­len­cia­ga et ter­mi­né, là, par Dem­na. Le gars qui dé­file a ses pattes frêles à l’air. Le man­teau lui donne de l’im­por­tance : la fonc­tion même du vê­te­ment, comme n’ar­rête pas de dire Phoebe Phi­lo (Cé­line). Ça fait pen­ser à Jac­que­mus, un peu. Brillant, en tout cas.

En­suite, chez Le­maire, c’est plus souple, mais ri­gou­reux pa­reil. La li­quette sur le pan­ta­lon évoque le grand Pe­ter Beard, le doux Be­noît Pe­ve­rel­li (tous deux pho­to­graphes) et aus­si la faune se­ven­ties de Mar­ra­kech. Dans mon rang, tout le monde dit : « J’en veux une [de che­mise]. » Un signe.

Chez Va­len­ti­no, hommes et femmes ont des se­cousses de dé­sir en voyant pas­ser une com­bi­nai­son en de­nim. Je mur­mure à mon voi­sin : « C’est pas com­mode pour faire pi­pi… » Il me dit : « Ah bon ? » Eh oui, les hommes et les femmes ne sont pas en­core to­ta­le­ment sem­blables.

On n’est pas d’ac­cord non plus avec mon col­lègue, chez Hai­der Acker­mann. Moi, je tripe sur un cos­tume rose et lui, sur un cos­tume orange. La vi­ri­li­té a ses biais.

Louis Vuit­ton, alors là, comme chez Ba­len­cia­ga, on bronze sur le set, au jar­din du Pa­lais-Royal. Les mo­dels passent en pull mo­hair. « Anne Sin­clair, sors de ce corps ! » tweete quel­qu’un. N’em­pêche, le pull, on en veut.

Chez Rick Owens, il faut une loupe bi­no­cu­laire pour di éren­cier les gar­çons des filles qui dé­filent de conserve (comme par­tout cette sai­son). Une sorte de smo­king passe… smo­king, no smo­king… fi­na­le­ment on s’en fiche, mais ouh que c’est chic, ouh que c’est beau, ouh que c’est Bo­wie 2017.

C’est canicule le jour de Ju­lien Da­vid, on s’évente avec nos iPad Mi­ni. La cha­leur tombe rien qu’à voir la for­mi­dable fraî­cheur des ha­bits. Ce type a la main lé­gère et pré­cise. Sa sa­ha­rienne bleu ciel, un éden.

Chez Yoh­ji Ya­ma­mo­to, les types ont des ban­dages, c’est dé­jà plus pim­pant que du bon­dage. On di­rait que les bles­sures de l’époque ont même at­teint la mode…

Dries Van No­ten, lui, a dé­ci­dé que la lu­mière se­rait. Il vient comme une ré­ponse op­ti­miste à Yoh­ji. Bon, un gars passe en ar­gen­té. En même temps, ce se­rait dom­mage de le désa­mian­ter, ça lui va si bien.

Pas­sage chez Ann De­meu­le­mees­ter. Les hommes portent des cein­tures de smo­king re­vi­si­tées. Fou comme cet ac­ces­soire peut se ré­vé­ler ca­pi­tal. Ça ha­bille, comme qui di­rait. On es­saie d’en vo­ler une après le show, mais elles sont dé­jà mises dans des housses, hé­las…

Gi­ven­chy, tou­jours une heure de re­tard mais deux siècles d’avance pour Ric­car­do Tis­ci, c’est sa lé­gende. Dans les faits: l’heure de re­tard est là, et il ar­rive à faire croi­ser le fron­tal de l’éro­tique avec l’étran­ge­té qui l’ha­bite. « Uber » de Gi­ven­chy.

Ma­tin frais mais beau chez Sa­cai. Des types en­core en rose. Un rose ti­rant sur le fuch­sia. À la fin du show, un col­lègue pour­tant très bon chic bon genre me dit : « C’est pas com­pli­qué, je pour­rais tout mettre. » C’est un signe de la puis­sance sans cesse mon­tante de cette marque (si chère !).

Chez Etudes, on est tous (les cu­rieux) ve­nus voir ces jeunes qui osent le concep­tuel por­table. Un peu à la Acne Stu­dios. Leur trench géant dit tout de leurs ailes.

Dior. Il y a The Cure à fond, ça fait trem­bler les gra­dins de fer. Les plus pros font l’e ort d’ar­rê­ter de re­gar­der (et de pho­to­gra­phier) Ro­bert Pat­tin­son pour se concen­trer sur les frusques. « C’est ska », dit quel­qu’un. « On sait pas ce que c’est, mais ça en­voie du bois », pro­fère un autre. Oui, ça en­voie.

On re­tombe sur ses pattes sages chez Her­mès, où Vé­ro­nique Ni­cha­nian a pré­ve­nu qu’il y au­rait un cer­tain jaune. Il est là. Chic et ci­tron. « C’est chic­tron… », je dis à mon voi­sin. Mais il est Co­réen, il capte que dalle à mes nuances (gé­niales) de Pan­tone.

Bal­main, c’est bleu élec­trique. J’ai le même voi­sin co­réen, alors je ne tente rien.

Le dé­fi­lé Ami est au trou du cul monde (en lan­gage mode, porte de la Villette), et le soir. Le man­teau par­fait qu’on y voit, sa so­brié­té ras­su­rante, bon ça va­lait le dé­pla­ce­ment.

Lan­vin aus­si, ça re­pose. Un beau cos­tard, ça vous apaise un es­prit, même si Em­ma­nuel Ma­cron di­rait peut-être l’in­verse.

Cos­tard aus­si, mais en jean, chez O cine Gé­né­rale. Le mo­del qui le porte sou­rit en mar­chant, à mon avis parce qu’il sait que le vê­te­ment qu’il porte est une mer­veille de sim­pli­ci­té et d’e ca­ci­té.

Et on se fi­nit chez Paul Smith, en pâ­moi­son. La mu­sique, du reg­gae, la salle est en Sha­zam. Presque tous les mo­dels sont noirs. Presque tous les mo­dels sont si beaux qu’on voit les iP­hone s’éle­ver vers les vi­sages. Presque tous les mo­dels sou­rient, à croire qu’ils ont cau­sé avec ce­lui d’O cine Gé­né­rale (qui d’ailleurs est dans les deux shows, si j’ai bien vu). Presque tous les mo­dels ont l’air d’avoir fu­mé les chaus­settes qui ser­vaient d’in­vit pour le dé­fi­lé. Presque tous les vê­te­ments, on les veut. Moi, j’ai choi­si. Paul, tu me mets de cô­té le jean avec les fleurs bro­dées. C’est le pas­sage22, au cas où ta mé­moire flan­che­rait. Mets-moi un 40 fran­çais parce que j’ai pas des hanches de Mas­saï, moi. Vous l’au­rez com­pris, la mode homme est main­te­nant pour les femmes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.