COCORICO !

Face à l’hé­gé­mo­nie hel­vé­tique, l’hor­lo­ge­rie fran­çaise réus­sit à sor­tir son épingle du jeu avec des montres “made in France” tout à fait res­pec­tables —

L'Obs - - Tendances - par HER­VÉ BORNE

Emile Pe­qui­gnet a créé sa marque au coeur du Ju­ra « cô­té fran­çais », dont il est ori­gi­naire. Nous sommes en 1973, il est créa­tif, voue une pas­sion aux belles montres. Son en­tre­prise est flo­ris­sante. C’est en 2000 qu’il se re­tire, mais les montres Pe­qui­gnet font dé­fi­ni­ti­ve­ment par­tie du sé­rail de la belle hor­lo­ge­rie. Ap­par­te­nant dé­sor­mais à un groupe d’in­ves­tis­seurs pri­vés, la ma­nu­fac­ture a pré­sen­té en 2006 le ca­libre Royal, le pre­mier mou­ve­ment au­to­ma­tique 100% « made in France ». Une mé­ca­nique « zé­ro dé­faut » pour la­quelle neuf bre­vets sont dé­po­sés et qui re­pré­sente au­jourd’hui la base des col­lec­tions mai­son. Elle anime bien en­ten­du la nou­veau­té du mo­ment, la « Rue Royale GMT », qui a che sur son ca­dran bleu le jour et la date, l’heure dans un se­cond fu­seau ho­raire avec in­di­ca­teur jour-nuit, les se­condes et un in­di­ca­teur de ré­serve de marche. Le tout mon­té sur un bra­ce­let en toile tri­co­lore. « Rue Royale GMT » en acier, 42 mm, mou­ve­ment au­to­ma­tique, Pe­qui­gnet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.