Ou­vrez le Sta­ro­bi­nets !

RE­FUGE 3/9, PAR AN­NA STA­RO­BI­NETS, TRA­DUIT DU RUSSE PAR RAPHËLLE PACHE, AGULLO, 478 P. 22,50 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - AR­NAUD GONZAGUE

« Qu’est-ce qui se passe, bon sang? » La ques­tion alar­mée qui hante, page 95, l’une des hé­roïnes de ce ro­man trouve un écho chez le lec­teur, brin­gue­ba­lé par cette lec­ture puis­sante et dé­rou­tante. Le­dit lec­teur com­prend bien pour­quoi l’hé­roïne en ques­tion, une pho­to­graphe russe, cède à la pa­nique : elle se ré­veille un jour à Pa­ris dans la peau d’un vieux SDF fa­ti­gué et mal­odo­rant, est in­ter­pel­lée par des gens aux al­lures de pro­phètes qui ont l’air de bien la connaître, tan­dis que se pro­file l’an­nonce d’une fin du monde… Bien­ve­nue dans l’uni­vers ba­roque de la Mos­co­vite An­na Sta­ro­bi­nets, qui, sans ja­mais lâ­cher une écri­ture au na­tu­ra­lisme poin­tilleux, peuple son ré­cit de sor­cières, de gnomes et de monstres man­geurs de che­vaux – au­tant de va­ria­tions sur les contes de Grimm à la lu­mière de l’ac­tua­li­té russe (au­to­ri­ta­risme et men­songes à tous les étages), émaillées de scènes crues, torves et hal­lu­ci­nées qui évoquent le meilleur Bur­roughs. Ce­la donne lieu à quelques cha­pitres à peine croyables, comme ce­lui qui met en scène un homme tra­ver­sant l’Eu­rope dans la peau d’une pe­tite arai­gnée : heu­reux de se sou­la­ger l’ab­do­men en pi­quant des qui­dams, le Spi­der-Man réa­lise avec dé­pit qu’il est mâle et donc que son ve­nin est ino en­sif. Tout Sta­ro­bi­nets est là.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.