Les No­bel en maillot de bain

SOR­BONNE PLAGE, PAR ÉDOUARD LAUNET, STOCK, 216 P., 18 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - GRÉ­GOIRE LEMÉNAGER

En août 1930, le ma­ga­zine « Vu » a en­voyé deux re­por­ters en Bre­tagne, du cô­té de Paim­pol. Ils sont tom­bés sur Ma­rie Cu­rie, « pieds nus sur les ro­chers », et sur une tri­bu de cer­veaux sur­di­men­sion­nés qui avaient pris l’ha­bi­tude de pas­ser leurs va­cances sur la pres­qu’île de l’Ar­couest. Il y avait là Frédéric et Irène Jo­liot-Cu­rie, qui dé­cro­che­ront le No­bel de chi­mie en 1935 ; le mi­nistre ma­thé­ma­ti­cien Emile Bo­rel et sa femme Mar­gue­rite, prix Fe­mi­na 1913 ; Jean Per­rin, ce prix No­bel de phy­sique 1926 qui fe­ra par­tie du gou­ver­ne­ment Blum et fon­de­ra le CNRS ; bien d’autres en­core. « A Fort-la-Science, la plage des sa­vants », ti­tre­ra « Vu » en pu­bliant trois pages illus­trées de pho­tos.

« L’in­ti­mi­té des sa­vants, bon su­jet co­co », ré­sume Edouard Launet, qui consacre un livre à cet étrange pha­lan­stère es­ti­val. Les voyeurs peuvent ce­pen­dant chan­ger de plage. L’in­ti­mi­té, co­co, n’est ici qu’un pré­texte : pour dire la beau­té de la Manche; et sur­tout pour re­tra­cer la gla­çante ge­nèse de la bombe ato­mique, la­quelle n’au­rait sans doute pas tué tant de ci­vils ja­po­nais sans ces brillants nor­ma­liens qui, chaque été, se re­trou­vaient en ma­ri­nière pour po­ser des ca­siers et « jouer aux pa­pi­nettes » en se pal­pant, les yeux ban­dés, avec des cuillères de bois (« Il n’est pas in­ter­dit d’y voir une mé­ta­phore de la re­cherche scien­ti­fique », note Launet). Hi­ro­shi­ma se­ra à la fois la réus­site et la cruelle dé­faite de ces grands es­prits so­cia­listes, pa­ci­fistes, an­ti­fas­cistes, qui avaient cru comme à l’âge des Lu­mières que la connais­sance est faite pour amé­lio­rer le sort de l’hu­ma­ni­té. « Sor­bonne plage » ne réus­sit pas tou­jours à trans­for­mer sa for­mi­dable ma­tière do­cu­men­taire en ré­cit ro­ma­nesque, mais qu’im­porte. Grâce à sa plume d’éter­nel es­ti­vant, qui fait de la phi­lo sur le sable en rê­vant, Launet o re une ter­rible mé­di­ta­tion sur la me­nace tech­no­phile et la ma­nière dont « la ci­vi­li­sa­tion mé­ca­nique » est « par­ve­nue à son der­nier de­gré de sau­va­ge­rie », comme di­sait Ca­mus dans « Com­bat » dès le 8 août 1945. Ces jours-là, toute la presse, « le Monde » com­pris, ap­plau­dis­sait « une ré­vo­lu­tion scien­ti­fique ».

La « plage des sa­vants », où l’on croise Ma­rie Cu­rie, sur la pointe de l’Ar­couest, en 1921.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.