par Pierre Has­ki

L'Obs - - Le Sommaire -

Au mi­lieu de la lo­gor­rhée po­pu­liste à la conven­tion ré­pu­bli­caine, la se­maine der­nière à Cle­ve­land, une phrase a re­te­nu mon at­ten­tion. Elle a été pro­non­cée à la tri­bune par un per­son­nage aty­pique : Pe­ter Thiel, le seul gou­rou de la Si­li­con Val­ley à sou­te­nir Do­nald Trump, et dont les idées li­ber­ta­riennes frisent sou­vent l’hé­ré­sie (Do­mi­nique No­ra a tra­cé son por­trait dans « l’Obs » du 3 mars der­nier). Face au par­ti qui sou­te­nait il n’y a pas si long­temps George W. Bush, Pe­ter Thiel s’est ex­cla­mé : « Au lieu d’al­ler sur Mars, nous avons en­va­hi l’Irak. »

Par cette phrase ac­cu­sa­trice, Pe­ter Thiel si­gni­fiait deux choses : d’abord – presque tout le monde en convient au­jourd’hui – que la dé­ci­sion d’en­va­hir l’Irak en 2003 fut un dé­sastre pour l’Amé­rique et pour le monde, dont nous payons en­core la fac­ture avec l’or­ga­ni­sa­tion Etat is­la­mique ; mais sur­tout qu’il manque à cette gé­né­ra­tion un rêve col­lec­tif am­bi­tieux et fé­dé­ra­teur, comme le fut le lan­ce­ment du pro­gramme Apol­lo vers la Lune en 1961 par John F. Ken­ne­dy (non sans ar­rière-pen­sées de guerre froide, face au Spout­nik so­vié­tique lan­cé en 1957…).

Le mes­sage ne s’adresse pas qu’aux Amé­ri­cains, il a une por­tée uni­ver­selle. Les Etats-Unis ont dé­pen­sé au bas mot quelque 2 000 mil­liards de dol­lars, per­du et pro­vo­qué la mort de di­zaines de mil­liers de vies hu­maines en in­ter­ve­nant en Irak sur la base d’un men­songe or­ches­tré par le pe­tit noyau idéo­lo­gique néo­con­ser­va­teur de l’ad­mi­nis­tra­tion Bush. Les dé­penses mi­li­taires dans le monde se sont éle­vées pour la seule an­née 2015 à 1 676 mil­liards de dol­lars, à com­pa­rer avec le coût to­tal du pro­gramme Apol­lo qui per­mit d’en­voyer pour la pre­mière fois un homme sur la Lune : 163 mil­liards de dol­lars ac­tuels, à peine 10% des bud­gets mi­li­taires mon­diaux sur un an.

Al­ler sur Mars, c’est l’am­bi­tion d’Elon Musk, autre gou­rou de la Si­li­con Val­ley, fon­da­teur de deux de ses en­tre­prises em­blé­ma­tiques, les voi­tures élec­triques Tes­la et le lan­ceur spa­tial pri­vé Spa­ceX. Né en Afrique du Sud, Elon Musk veut or­ga­ni­ser les pre­miers vols sur Mars d’ici à une di­zaine d’an­nées, et pré­voit d’ins­tal­ler un mil­lion de per­sonnes sur cette pla­nète a prio­ri in­hos­pi­ta­lière. La Na­sa a, elle aus­si, des am­bi­tions sur la pla­nète rouge, mais rien de com­pa­rable à l’ob­jec­tif Lune des an­nées 1960 qui avait fait rê­ver le monde.

Mars n’est peut-être pas la bonne idée, et les sommes né­ces­saires se­raient peu­têtre mieux em­ployées sur Terre, à mettre en oeuvre, par exemple, les « ob­jec­tifs du mil­lé­naire pour le dé­ve­lop­pe­ment » des Na­tions unies, qui visent à éra­di­quer l’ex­trême pau­vre­té et ont tant de mal à se réa­li­ser. Mais l’idée de « Mars », c’est de don­ner à l’hu­ma­ni­té un cap mo­bi­li­sa­teur po­si­tif. Le nu­mé­ro un chi­nois Xi Jin­ping a su « vendre » à son peuple l’idée d’un « rêve chi­nois » pas tou­jours ras­su­rant, fait de re­vanche sur l’his­toire et de pro­grès ma­té­riel. Que pro­po­sons-nous à une jeu­nesse oc­ci­den­tale à l’ho­ri­zon bou­ché ?

La phrase de Pe­ter Thiel est tom­bée dans un grand vide à Cle­ve­land : les conven­tions po­li­tiques amé­ri­caines ne sont pas des­ti­nées à faire ré­flé­chir mais à mo­bi­li­ser en fa­veur du can­di­dat… Et l’hu­meur des par­ti­sans de Do­nald Trump est d’en dé­coudre avec Hilla­ry Clin­ton, pas de rê­ver à la pla­nète Mars. Mais jus­te­ment à un mo­ment où la guerre en Irak et ses consé­quences nous ob­sèdent et nous dé­sta­bi­lisent, n’est-ce pas ju­di­cieux de se re­mettre à rê­ver, de construire et de pro­po­ser des am­bi­tions col­lec­tives qui font tant dé­faut ? C’est le mé­rite de ce tech­no-pro­phète du

siècle, s’ex­pri­mant en terre « trum­pienne », que de nous le rap­pe­ler.

Il manque à toute une gé­né­ra­tion un rêve col­lec­tif am­bi­tieux et fé­dé­ra­teur, comme le fut le lan­ce­ment du pro­gramme Apol­lo vers la Lune en 1961.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.