PAR JÉ­RÔME GAR­CIN

L'Obs - - Critiques - J. G.

A la fin de sa vie, le mer­veilleux An­dré Dhô­tel, qui re­gret­tait ses fo­rêts ar­den­naises, di­sait qu’un simple brin d’herbe jailli d’entre deux pa­vés pa­ri­siens su sait à son bon­heur, à son es­pé­rance. Comme l’au­teur du « Pays où l’on n’ar­rive ja­mais », le ro­man­cier et poète Xa­vier Hous­sin s’est beau­coup pen­ché pour mieux se re­le­ver. Sou­mis pen­dant deux mois, en 2013, à des séances quo­ti­diennes de ra­dio­thé­ra­pie à l’hô­pi­tal des Peu­pliers, dans le 13e ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris, il a pra­ti­qué la botanique am­bu­la­toire, avant de s’o rir, en am­bu­la­toire, aux ra­dia­tions. Ce fut sa ma­nière de di­ver­tir ses an­goisses et de cal­mer ses sou rances. Dès l’aube, avant de s’ins­tal­ler dans la salle d’at­tente, il ar­pen­tait les rues qui convergent vers la place de l’Ab­bé-Georges-Hé­nocque et cueillait, dans les brèches des trot­toirs, les en­tailles du ma­ca­dam, les pierres des vieux murs, d’in­so­lents et re­belles pe­tits bouts de na­ture : pis­sen­lit sau­vage, car­da­mine hé­ris­sée, sé­ne­çon com­mun, mou­ron des oi­seaux, re­non­cule ram­pante, per­sil, or­tie brû­lante, lai­te­ron âpre, sauge o ci­nale, eu­phorbe ré­veille-ma­tin ou en­core pa­rié­taire de Ju­dée. Le soir, re­tour de l’hô­pi­tal, il iden­ti­fiait sa ré­colte du jour, la col­lait sur du pa­pier, et l’aug­men­tait d’un poème, qui est l’herbe folle de la lit­té­ra­ture : « Je re­tiens ce qui bouge/qui tou­jours pal­pite ». Dans « l’Her­bier des rayons » (Ca­rac­tères, 20 eu­ros), Xa­vier Hous­sin a réuni ses dou­leurs in­tes­tines et ses songes vé­gé­taux. Où l’on voit aus­si que les ronces et les cym­ba­laires ré­sistent à la mé­chante ville comme le rê­veur, à la ma­la­die.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.