La France de Tras­sard

EXODIAIRE, PAR JEAN-LOUP TRAS­SARD, LE TEMPS QU’IL FAIT, 280 P., 20 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - D. J.

On sait qu’en ou­vrant un livre de Jean-Loup Tras­sard on s’aven­ture tou­jours sur un ter­ri­toire étrange et fa­mi­lier. C’est un voyage, sans doute, mais pas dans l’ac­cep­tion ac­tuelle, où l’on ne gagne ses ga­lons d’écri­vain-voya­geur qu’en dé­vo­rant tou­jours plus de ki­lo­mètres. Ecri­vain et pho­to­graphe hors pair, Tras­sard ne fran­chit ja­mais les li­mites de sa chère Mayenne. En somme, la Ven­dée, pour lui, c’est dé­jà l’Aus­tra­lie. Il a consa­cré à son ter­ri­toire d’élec­tion une sé­rie de ré­cits mer­veilleux où il ra­conte la cam­pagne qu’il a connue en­fant, au­jourd’hui dis­pa­rue. Dans « Exodiaire » (le mot dé­signe un ac­teur dans la Rome an­tique), il évoque la dé­route de 1940, les fa­milles je­tées sur les che­mins, aban­don­nant dans leur fuite tous ces ba­gages su­per­flus qui fai­saient la joie de ceux d’après. Ré­cit au­to­bio­gra­phique? Sans doute, même si, chez Tras­sard, ça n’est pas lui qui dit « je » : c’est la terre, les arbres, le par­ler et les ou­tils, les pe­tits mé­tiers de ja­dis et la lu­mière dé­cli­nante du cou­chant. Une France ru­rale qu’il ne se lasse pas de contem­pler, et qui re­trouve vie sous sa plume tendre et pré­cise, nos­tal­gique et ins­pi­rée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.