10e Prix du livre eu­ro­péen

MER­CRE­DI 7 DÉ­CEMBRE 2016 – 18 HEURES PAR­LE­MENT EU­RO­PÉEN – BRUXELLES

L'Obs - - Critiques - en pré­sence de M. MAR­TIN SCHULZ Pré­sident du Par­le­ment eu­ro­péen M. JACQUES DE­LORS Pré­sident d’hon­neur M. PAS­CAL LAMY Pré­sident du co­mi­té de par­rai­nage M. OLIVER STONE Pré­sident du ju­ry

« C’est en ste­fan zweig que s’est in­car­né, au plus sombre de la tour­mente eu­ro­péenne, quand tout sem­blait dé­truit, la foi in­al­té­rable en la Com­mu­nau­té in­tel­lec­tuelle de l’Eu­rope, la grande ami­tié de l’es­prit, qui ne connait pas de fron­tières », di­sait Romain Rol­land de son ami spi­ri­tuel. Au­jourd’hui, c’est tou­jours vers l’Eu­rope de l’art et de la culture, de la lit­té­ra­ture et des idées que nous nous tour­nons, et c’est en­core sur les gé­né­ra­tions nou­velles d’écrivains et d’in­tel­lec­tuels que nous comp­tons pour nous pro­té­ger de l’Eu­rope des égoïsmes na­tio­na­listes, des peurs et des haines an­ces­trales, des pré­ju­gés et des idées re­çues qui nous dressent les uns contre les autres. Je me ré­jouis dé­jà des ta­lents qui se­ront dé­cou­verts et mis à l’hon­neur en fa­veur de la dixième édi­tion du Prix du livre eu­ro­péen. Nous at­ten­dons de ces au­teurs qu’ils marchent dans les pas de leurs grands pré­dé­ces­seurs pour la dé­fense de notre hu­ma­ni­té com­mune, dont nous avons plus que ja­mais be­soin. PAS­CAL LAMY Je suis né quelques mois après la fin de la Se­conde Guerre Mon­diale d’une mère fran­çaise et d’un père amé­ri­cain. Peut-être est-ce pour ce­la que, comme beau­coup d’hommes de ma gé­né­ra­tion, j’ai long­temps cru à l’illu­sion d’une Eu­rope suf­fi­sam­ment unie et forte pour ga­ran­tir la Paix, non seule­ment dans ses fron­tières mais au-de­là de celles-ci. Pour avoir aus­si peut-être trop écou­té De Gaulle dans mon ado­les­cence, j’ai cru éga­le­ment que seule une Eu­rope maî­tresse de son des­tin pou­vait être un contre­poids aux États-Unis, ou­bliant peut-être trop vite que, ce n’est pas un ha­sard, si jus­te­ment les États-Unis ont tou­jours sou­te­nu cette Eu­rope qui prit le mar­ché comme prin­ci­pal mo­teur d’in­té­gra­tion au mé­pris des sou­ve­rai­ne­té po­pu­laires et de l’his­toire de ses na­tions. Les élites eu­ro­péennes ont pri­vi­lé­gié l’éco­no­mie au po­li­tique et ses peuples se sont éloi­gnés d’elles. Au­jourd’hui l’Eu­rope peine à exis­ter alors que pour­tant nous avons tel­le­ment be­soin d’elle. Seule en se re­dé­cou­vrant à tra­vers la culture, l’his­toire et la di­ver­si­té de ses peuples l’Eu­rope que j’ai rê­vée pour­ra ré­pondre aux dé­fis que notre hu­ma­ni­té af­fronte. C’est ce que je sou­haite de tout mon coeur en tout cas. OLIVER STONE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.