LES CI­TÉS OR­BI­TALES

L'Obs - - Grands Formats -

Le rêve du fon­da­teur d’Ama­zon n’était pas de créer la plus grande en­tre­prise de com­merce en ligne du monde. A 5 ans, le pe­tit Je a ad­mi­ré l’ex­ploit de Neil Arm­strong, pre­mier homme à fou­ler le sol lu­naire. Et, de­puis, il ne rêve plus que d’es­pace. « Nous de­vons l’ex­plo­rer et l’uti­li­ser pour sau­ver la Terre », dit-il. Be­zos voit l’ave­nir en or­bite ter­restre. Dé­lo­ca­li­ser l’in­dus­trie lourde et la pro­duc­tion éner­gé­tique dans des sta­tions spa­tiales et trans­for­mer la Terre en une sorte de jar­din d’agré­ment avec seule­ment des zones ré­si­den­tielles et de l’in­dus­trie lé­gère, telle est son uto­pie. Des usines de l’es­pace, des hô­tels, des parcs d’at­trac­tions, des mil­lions de per­sonnes en or­bite, avec des cen­trales so­laires cap­tant bien plus d’éner­gie qu’elles ne pour­raient le faire sur Terre, c’est donc sa re­cette pour sau­ver la pla­nète. Mais, à la dif­fé­rence de son ri­val Elon Musk, qui a un plan bien dé­fi­ni pour co­lo­ni­ser Mars, Je Be­zos n’a pour l’ins­tant four­ni au­cun mode d’em­ploi pour par­ve­nir à la « grande in­ver­sion » qu’il pro­phé­tise. Sa so­cié­té Blue Ori­gin, qui a été la pre­mière à réus­sir l’at­ter­ris­sage d’une fu­sée réuti­li­sable, « New She­pard », s’est pour l’ins­tant da­van­tage in­té­res­sée au dé­ve­lop­pe­ment du tou­risme su­bor­bi­tal. Pre­miers voya­geurs at­ten­dus en 2018…

JeffBe­zos,fon­da­teur­deB­lueO­ri­gin, rê­ve­de­dé­lo­ca­li­serl’in­dus­trie­lourde dans­dess­ta­tion­se­nor­bi­te­ter­restre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.