Fer­rat chante Ara­gon

CA­HIERS ARA­GON N° 1, ÉDI­TIONS LES CA­HIERS, 256 P., 29 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - SO­PHIE DELASSEIN

« L’en­fant s’en­dort sur les cous­sins/En rê­vant de pois­sons rouges ». Ces vers de jeu­nesse sont ex­traits d’un des quatre poèmes in­édits d’Ara­gon fi­gu­rant dans l’ex­cellent pre­mier nu­mé­ro de la re­vue consa­crée à l’au­teur des « Yeux d’El­sa ». Ils en consti­tuent l’un des temps forts, au même titre que la pré­sen­ta­tion, faite par Pa­trick Née, de la pas­sion­nelle cor­res­pon­dance entre Ara­gon et Bre­ton, qui ré­vèle une ami­tié amou­reuse, par­fois dou­lou­reuse. Avant ce­la, c’est à un autre fou d’Ara­gon que ces « Ca­hiers » rendent hom­mage : Ni­co­las Mou­ton pu­blie en e et sa conver­sa­tion avec Jean Fer­rat (da­tée de 1999), au­tour du poète qu’il a sou­vent chan­té. Drôle de ren­contre à vrai dire, où l’in­ter­vie­weur en sait plus que l’in­ter­viewé non seule­ment sur lui-même, mais aus­si sur Ara­gon. Fer­rat dé­voile la ma­nière dont il s’em­pa­rait des poèmes pour les faire siens, tout en res­pec­tant la « pen­sée de l’au­teur ». On me­sure à quel point la pré­sence du poète dans la vie du chan­teur fut im­por­tante, ins­pi­rante, dé­ter­mi­nante.

Louis Ara­gon fé­li­cite Jean Fer­rat à sa pre­mière à Bo­bi­no, en dé­cembre 1965.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.