JA­SON BOURNE PAR PAUL GREEN­GRASS

L'Obs - - Critiques - NI­CO­LAS SCHALLER

Film d’es­pion­nage amé­ri­cain, avec Matt Da­mon, Tom­my Lee Jones, Ali­cia Vi­kan­der (2h).

Lors de la sor­tie en 2007 de « la Ven­geance dans la peau », la troi­sième aven­ture de Ja­son Bourne à l’écran, Matt Da­mon avait pré­ve­nu qu’il ne re­noue­rait avec l’espion amé­ri­cain re­né­gat, créé par Ro­bert Lud­lum, qu’à la seule con­di­tion que Paul Green­grass soit tou­jours aux com­mandes. C’est chose faite et la for­mule n’a pas chan­gé. Pa­ria des ser­vices se­crets, Bourne vit de com­bats de rue clan­des­tins à la fron­tière de la Grèce et de l’Al­ba­nie quand son ex-col­lègue, Ni­cky (Ju­lia Stiles), re­prend contact avec lui. En pi­ra­tant les disques durs de la CIA, celle-ci a le­vé des se­crets concer­nant le pas­sé de Bourne ain­si qu’un nou­veau programme de sur­veillance or­wel­lien cha­peau­té par le di­rec­teur de l’agence (Tom­my Lee Jones). De quoi ré­veiller l’instinct jus­ti­cier de notre hé­ros, ma­chine à tuer mais ten­dance dé­mo­crate. Le script ne fait pas dans la den­telle et on a beau ap­pré­cier que la ta­len­tueuse Ali­cia Vi­kan­der ait re­joint la dis­tri­bu­tion, son cos­tume de nou­velle re­crue de la CIA est trop grand pour son al­lure en­core ju­vé­nile. Mais pas de quoi bou­der son plai­sir. C’est du ci­noche d’es­pion­nage so­lide, avec un Matt Da­mon de plus en plus « ram­boï­sé » (il ne doit pas avoir plus de dix ré­pliques), un Tom­my Lee Jones tout en du­pli­ci­té suave et pa­ter­na­lisme ru­gueux, et une in­trigue post-Snow­den qui dé­bute en pleine manif dans les rues d’Athènes et se ter­mine lors d’une ahu­ris­sante sé­quence de des­truc­tion mas­sive en Hum­mer dans le temple du ca­pi­ta­lisme, Las Ve­gas.

Un Matt Da­mon de plus en plus « ram­boï­sé » dans « Ja­son Bourne ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.