Pour bien faire son mar­ché

L'Obs - - Grands Formats - É. A.

Pour mal­gré tout man­ger de bonnes to­mates, il faut d’abord res­pec­ter le rythme des sai­sons : une to­mate qui a pous­sé sous serre en fé­vrier et par­cou­ru 2 000 ki­lo­mètres n’a au­cune chance d’avoir du goût. En re­vanche, cer­tains hy­brides culti­vés au so­leil, ré­col­tés à ma­tu­ra­tion et ven­dus en cir­cuit court au­ront le temps de dé­ve­lop­per leurs arômes. Quel­que­suns sont vrai­ment goû­teux, comme la noire de Cri­mée. A no­ter que le la­bel « bio » ne ga­ran­tit rien, puisque les to­mates bio sont en gé­né­ral des hy­brides. En­suite, il est conseillé de les conser­ver hors du fri­go ou de les sor­tir vingt-quatre heures avant de les consom­mer, pour qu’elles re­trouvent leurs sa­veurs. Sur le mar­ché, il faut se mé­fier des to­mates trop ca­li­brées : ce sont for­cé­ment des hy­brides F1 culti­vés de fa­çon in­dus­trielle. L’idéal est de dé­got­ter des pro­duc­teurs qui uti­lisent des se­mences pay­sannes (s’il est in­ter­dit d’en vendre aux ma­raî­chers, ceux-ci ont le droit d’en plan­ter) ou d’en culti­ver soi-même. Pour se ren­sei­gner, voir no­tam­ment le site du Ré­seau Se­mences Pay­sannes : se­men­ces­pay­sannes.org.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.