STAR TREK SANS LI­MITES PAR JUS­TIN LIN

L'Obs - - Critiques - FRAN­ÇOIS FO­RES­TIER

Film de science-fic­tion amé­ri­cain, avec John Cho, Si­mon Pegg, Ch­ris Pine, Zoe Sal­da­na (2h02).

C’est quoi? Le troi­sième, qua­trième re­boot de la sé­rie? On s’y perd. De­puis 1966, le ca­pi­taine James Kirk et l’équi­page de l’« En­ter­prise » se ba­ladent dans l’es­pace – nou­velle fron­tière – et bas­tonnent les mé­chants aliens. Le créa­teur, Gene Rod­den­ber­ry, est mort en 1991, mais il n’a ja­mais au­tant tra­vaillé : tous les ans, on a droit à une nou­velle mou­ture de « Star Trek ». Ici, c’est Jus­tin Lin, le met­teur en scène de « Fast & Fu­rious » (nu­mé­ros 3, 4, 5 et 6), qui s’y colle : nos hé­ros sont at­ta­qués par des abeilles d’acier ma­ni­pu­lées par Krall, un su­per-top-sa­laud va­che­ment moche. Et le vais­seau ami­ral se plante sur une pla­nète in­con­nue, aïe, aïe, aïe, avec un em­brayage dé­faillant. C’est grave. Mais, no pro­ble­mo, nos p’tits gars vont s’en sor­tir, grâce à un air de rock’n’roll (les Beas­tie Boys) et des tonnes d’ef­fets spé­ciaux. Ni meilleur ni pire que les films pré­cé­dents, « Star Trek sans li­mites » rem­plit le con­trat et coche toutes les cases. Il y a des gags, un peu de sus­pense, beau­coup d’ac­tion, et on ap­prend que Su­lu, le bar­reur asia­tique du vais­seau, est gay. Les fans se­ront com­blés. Les autres, bof.

Une nou­velle ver­sion de « Star Trek » par le réa­li­sa­teur de « Fast & Fu­rious », Jus­tin Lin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.