Malick s’en va-t-en guerre

LA LIGNE ROUGE, PAR TER­RENCE MALICK. FILM AMÉ­RI­CAIN, AVEC SEAN PENN, ADRIEN BRODY, JIM CAVIEZEL (1998, 2H50).

L'Obs - - Critiques - F. F.

Le re­tour de Ter­rence Malick après vingt ans d’ab­sence. Son film pré­cé­dent, « Days of Hea­ven », da­tait de 1978 : deux pro­duc­teurs l’ap­pro­chèrent dans les an­nées 1990 pour l’in­ci­ter à adap­ter une pièce de théâtre de Da­vid Rabe. Il re­fu­sa, pré­fé­rant faire un re­make de « la Ligne rouge », film d’An­drew Mar­ton (da­tant de 1964), d’après le ro­man de James Jones (pu­blié en 1962). Le livre ra­conte les aven­tures et mésa­ven­tures d’un groupe de sol­dats pen­dant la guerre du Pa­ci­fique, que Jones a vé­cue en pre­mière ligne. Dans les an­nées 1960, le bou­quin et le film avaient un contexte dif­fé­rent (le Viet­nam pa­ra­si­tait l’ac­tua­li­té). Ré­sul­tat : c’est ma­gni­fique, vi­suel­le­ment. Avec un dé­faut, ce­pen­dant : l’ap­pa­ri­tion très brève de stars (Tra­vol­ta, Cloo­ney) dés­équi­libre le film. Au­jourd’hui, il est consi­dé­ré – avec rai­son – comme l’un des plus grands films de guerre, avec « les Sen­tiers de la gloire ».

Nick Nolte in­ter­prète l’un des sol­dats amé­ri­cains au coeur du conflit dans le Pa­ci­fique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.