Al­modó­var rit noir

TA­LONS AIGUILLES, PAR PE­DRO AL­MODÓ­VAR. FILM ES­PA­GNOL, AVEC VIC­TO­RIA ABRIL, MA­RI­SA PAREDES, MI­GUEL BOSÉ (1991, 1H53).

L'Obs - - Critiques - F. F.

Le film qui a fait la ré­pu­ta­tion d’Al­modó­var : un re­gard cruel, amu­sé, cy­nique, sur les re­la­tions entre une chan­teuse vieillis­sante et sa fille, qui ont par­ta­gé l’a ec­tion d’un même homme – le­quel a été as­sas­si­né. Le réa­li­sa­teur es­pa­gnol s’y livre à un désos­sage sans pi­tié de l’amour fi­lial, et lâche la bride à ses ac­trices, Vic­to­ria Abril et Ma­ri­sa Paredes. Tout l’uni­vers d’Al­modó­var est là, fait de noir­ceur, de rire, d’ou­trance et des si­nuo­si­tés dans les re­la­tions hu­maines. Dra­ma­turge ex­cep­tion­nel, le ci­néaste réus­sit à com­bi­ner une cruau­té ter­rible avec une cer­taine ten­dresse, au fond. Et même si ses der­niers films, « les Amants pas­sa­gers » et « Ju­lie­ta », sont plus maî­tri­sés, il reste que « Ta­lons aiguilles » a été une vé­ri­table dé­cou­verte, à l’époque, et que la force de ce choc de­meure, en­core main­te­nant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.