MONDOVISION

par Pierre Has­ki

L'Obs - - Le Sommaire -

L’ob­jec­tif nu­mé­ro un des Saou­diens, qui était de contrer l’Iran, n’est pas at­teint, et les di­vi­sions sec­taires du Yé­men n’en ont été que ren­for­cées.

Ily a bien­tôt dix-huit mois, l’Ara­bie saou­dite réunis­sait une vaste coa­li­tion arabe sun­nite, avec le sou­tien de la France et d’autres pays oc­ci­den­taux, et se lan­çait dans une guerre aé­rienne contre la ré­bel­lion hou­thiste du Yé­men, son voi­sin du Sud. Des cen­taines de bom­bar­de­ments, plus de 6 000 morts, es­sen­tiel­le­ment ci­vils, et deux mil­lions de ré­fu­giés plus tard, cette guerre n’a pro­duit d’autre ré­sul­tat que de dé­truire un pays, et de pous­ser dans les bras des plus ra­di­caux de nou­velles re­crues. L’ob­jec­tif nu­mé­ro un, qui était de contrer l’Iran, soup­çon­né d’être der­rière les hou­thistes de confes­sion zaï­dite, une branche éloi­gnée du chiisme, n’est pas at­teint, et les di­vi­sions sec­taires du Yé­men n’en ont été que ren­for­cées.

Lar­ge­ment igno­rée par les opi­nions pu­bliques, et pas­sée au se­cond plan par rap­port au conflit sy­rien, cette guerre est de­ve­nue une source d’em­bar­ras pour les al­liés de l’Ara­bie saou­dite. En par­ti­cu­lier lorsque l’avia­tion de la coa­li­tion, prin­ci­pa­le­ment saou­dienne et émi­ra­tie, ne fait pas de quar­tier et touche des ob­jec­tifs ci­vils. Mar­chés, écoles et struc­tures mé­di­cales ont ain­si été frap­pés dans des pro­por­tions et des condi­tions qui ex­cluent l’ac­ci­dent « col­la­té­ral ». Der­nière cible en date : l’hô­pi­tal de Mé­de­cins sans Fron­tières (MSF) à Abs, dans le nord-ouest du pays, où l’on a comp­té 19 morts et des di­zaines de bles­sés. MSF a dé­ci­dé de re­ti­rer ses équipes du pays, es­ti­mant que, mal­gré les en­ga­ge­ments des bel­li­gé­rants, la sé­cu­ri­té du per­son­nel et des pa­tients ne pou­vait plus être as­su­rée. Plus d’une cen­taine d’ins­tal­la­tions mé­di­cales ont été tou­chées en dix-huit mois de guerre.

Les Etats-Unis, qui n’étaient pas mo­teur dans le dé­clen­che­ment de ce conflit, viennent de prendre leurs dis­tances en ré­dui­sant de 45 à 5 le nombre de conseillers amé­ri­cains au­près de l’état-ma­jor saou­dien char­gé de conduire les opé­ra­tions au Yé­men. Wa­shing­ton dé­ment tout lien entre sa dé­ci­sion et le nombre de vic­times ci­viles des bom­bar­de­ments, même si c’est l’im­pres­sion don­née par le ti­ming de son an­nonce.

La France condamne, mais ne bouge pas, alors que son im­pli­ca­tion dans la guerre est ma­jeure. Outre le sou­tien po­li­tique ap­por­té dès le pre­mier jour à la créa­tion de la coa­li­tion arabe, Pa­ris est lié à l’Ara­bie saou­dite et à ses al­liés par d’im­por­tants contrats de ventes d’armes, de­ve­nus vi­taux par temps de crise éco­no­mique. A chaque nou­veau contrat, comme la vente dé­but août de 30 hé­li­co­ptères Ca­ra­cal d’Air­bus au Ko­weït pour un peu plus d’un mil­liard d’eu­ros, le gou­ver­ne­ment met en avant les re­tom­bées pour l’em­ploi en France. Mais cette di­men­sion ne peut pas faire ou­blier que la France livre des armes à des pays en guerre, et que, dans le cas du Yé­men, celle-ci est dans une im­passe meurtrière.

Le cher­cheur Laurent Bon­ne­foy, un des meilleurs connais­seurs fran­çais du Yé­men, sou­li­gnait après six mois d’hos­ti­li­tés, sur le site Orient XXI, qu’« il de­vrait être clair aux yeux de cha­cun que les bom­bar­de­ments saou­diens ont fait évo­luer vers le pire un conflit dé­jà com­plexe », re­dou­tant une dé­rive « sy­rienne » de cette guerre. Près d’un an plus tard, les évé­ne­ments lui donnent rai­son : la carte du Yé­men res­semble, à l’image de celle de la Sy­rie, à une peau de léo­pard avec ses zones hou­thistes, ses ré­gions loyales au pré­sident Ha­di sou­te­nu par Riyad, ses mi­lices in­dé­pen­dantes, ses poches te­nues par Al-Qai­da, et l’émer­gence d’une ac­ti­vi­té dji­ha­diste liée au groupe Etat is­la­mique. Et, comme en Sy­rie, c’est la po­pu­la­tion ci­vile qui paie au prix fort les er­rances de ses di­ri­geants po­li­tiques et des puis­sances ré­gio­nales.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.